Villiers-Fossard

(50 Manche) La Libération

Villiers-Fossard, ville lettrineUn succès chèrement payé pour le Combat Command A À partir du 20 juin, le Lieutenant General Omar Bradley, chef de la 1st US Army, ordonne de mettre le front de Saint-Lô sur la défensive. La priorité accordée à la prise de Cherbourg prend un caractère crucial, en raison de la tempête qui s’est déchainée dans la Manche depuis le 19 juin, et qui réduit la capacité d’approvisionnement de la 29th US Infantry Division. Le dimanche 18 juin, après une bataille féroce, le 1st Battalion du 175th Infantry Regiment a arraché aux Allemands la cote 108, ce qui lui vaudra le surnom de « Purple Heart Hill », la « colline sanglante ». Mais ces derniers tiennent Villiers-Fossard, qui constitue maintenant un saillant dans les lignes américaines. Le 20 juin, le Major General Charles Gerhardt lance une opération locale afin d’aligner le front. Le secteur est tenu par les soldats de la 352. Infanterie-Division, renforcée par le Kampfgruppe de la 353. Infanterie-Division commandé par l’Oberst Boehm. La tentative du 115th IR du Colonel Godwin Ordway se solde par un échec, face aux défenseurs solidement retranchés. Pendant la semaine suivante, les positions restent statiques, ce temps est utilisé pour l’entrainement tactique entre infanterie et blindés dans le bocage. Le jeudi 29 juin, le Major General Gerhardt décide de faire une nouvelle tentative pour prendre Villiers-Fossard. Il obtient le soutien du Combat Command A de la 3rd Armored Division. C’est le premier engagement de l’unité du Brigadier General Doyle Hickey sur le sol normand ; le moral des tankistes est élevé lorsqu’ils traversent les lignes du 115th IR. Les Task Forces X et Y attaquent de front, accompagnées chacune de deux compagnies du 36th Armored Infantry Regiment, la Task Force Z est en réserve. Après une journée de combat, pilonné par l’artillerie ennemie, évoluant dans un terrain peu favorable aux blindés, le bilan du CCA est décevant, l’avance est faible et le coût humain est élevé ; le CCA s’arrête pour la nuit sur ses positions. Le lendemain, à 8 heures, l’assaut reprend. Malgré le feu ennemi qui ne faiblit pas, une bonne coopération permet aux blindés et à l’infanterie de progresser, haie après haie ; la TF Z est engagée en renfort, avec un groupe sur chaque aile ; en milieu de journée la TF Y s’empare du village de Villiers-Fossard, rejointe par la TF X ; le CCA est relevé dans la soirée par les GI’s du 115th IR. Un succès chèrement payé pour le CCA, qui a subi de lourdes pertes en hommes et en blindés pendant ces deux jours. © Sources : 29th Infantry Division After-Action-Report June 1944, Beyond the Beachhead The 29th Infantry Division in Normandy par Joseph Balkoski, History of the 36th Armored Infantry Regiment

> Villiers-Fossard – Monuments et vestiges