Montjoie-Saint-Martin

(50 Manche) La Libération

Montjoie-Saint-Martin, ville lettreLa 3rd US Army « s’échappe » en Bretagne, mais voit plus loin… Après la prise d’Avranches le dimanche 31 juillet, la 3rd US Army est officiellement activée, avec à sa tête le General George Patton. Le VIII US Corps du Major General Troy Middleton est « lâché » sur la Bretagne et ses ports stratégiques. En quarante-huit heures, deux divisions blindées franchissent le goulet d’Avranches et le vieux pont de Pontaubault ; la 6th US Armored Division s’élance vers Brest, tandis que la 4th Armored Division doit capturer Rennes. Un second corps est sur le point d’entrer en lice. Au regard de l’évolution des opérations, le General Dwight Eisenhower, chef du Supreme Headquarter of Allied Expeditionary Force, et le General Omar Bradley, qui commande le XII US Army Group, s’interrogent sur la nécessité d’engager deux corps d’armée en Bretagne. La décision est prise d’utiliser le XV Corps du Major General Wade Haislip afin d’élargir le passage d’Avranches, et de protéger le flanc droit de la 1st US Army ; ils envisagent une exploitation qui pourrait mener… jusqu’à la Seine. La 90th US Infantry Division est rattachée au XV Corps, avec pour mission de prendre les ponts sur la Sélune à Saint-Hilaire-du-Harcouët. Pendant la journée du mardi 2 août, la 79th Infantry Division du Major General Ira Wyche traverse Avranches. Les premiers éléments viennent d’atteindre Pontorson, lorsque le Brigadier General Frank Greer, Assistant Division Commander, est informé d’un changement d’objectif ; l’unité est également affectée au XV Corps, elle doit s’emparer de Fougères, à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Pontorson. Un groupement précurseur est formé avec la 79th Reconnaissance Troop, le 313th Infantry Regiment, le 749th Tank Battalion et le 813th Tank Destroyer Battalion, ainsi que les unités supports. Il se met en route à 18 heures, passe à Pontaubault avant de bifurquer plein sud en suivant la Route Nationale ; il est précédé par une escouade du 106th Cavalry Group. Vers minuit, la colonne se regroupe au sud de Saint-James sans avoir rencontré d’opposition ennemie ; le 314th IR rejoint peu après. Les habitants de Saint-James et Montjoie-Saint-Martin vont rapidement apprendre à cohabiter avec leurs Libérateurs ; la construction d’un aérodrome, au sud-ouest de Saint-James, débute quelques jours après. Quelques jours plus tard, dans la nuit du 8 au 9 août, la 2e DB française, qui était stationnée au nord de la ville, subira les attaques des avions allemands, causant 220 pertes dont 20 tués. © Sources : The Cross of Lorraine Combat History of the 79th ID, Breakout and Pursuit par Martin Blumenson, History of The 313th Infantry Regiment, Combat History of The 6th Armored Division

> Montjoie-Saint-Martin – Monuments et vestiges