Sainteny – Terre-et-Marais

(50 Manche) La Libération

Sainteny, ville lettrinePremière expérience au combat pour la division de l’Ohio Après deux jours de combats, l’offensive de la 83rd US Infantry Division « piétine ». Son objectif du premier jour, le village de Sainteny, semble encore hors d’atteinte. Les soldats du Major General Robert Macon manquent d’expérience ; ils affrontent de redoutables adversaires : parachutistes du Fallschirmjäger-Regiment 6 et SS de la 17. SS-Panzergrenadier-Division, qui sont retranchés dans de solides positions. En outre, le terrain favorise les défenseurs, le front est étroit, environ trois kilomètres entre les prairies marécageuses de Gorges et les marais de la Taute. Le 6 juillet, afin de redonner du « mordant » à l’opération, le Major General Joseph Collins, chef du VII US Corps, engage deux régiments de la 4th US Infantry Division sur l’aile droite. Mais ce renfort n’est pas décisif, les gains de terrain se comptent en quelques centaines de mètres, parfois repris par un brusque raid ennemi. Le samedi 8 juillet, la météo plus favorable permet à l’aviation tactique d’intervenir. Les parachutistes allemands reculent peu à peu devant la puissance de feu de leurs adversaires ; le 8th Infantry Regiment atteint Raffoville. La 17. SS-Panzergrenadier-Division a épuisé toutes ses réserves, les Allemands sont contraints de dégarnir d’autre secteurs ; des éléments blindés de la 2. SS-Panzer-Division Das Reich rétablissent provisoirement la situation, comme dans le secteur de Culot, face au 331st IR. Les pertes sont lourdes dans les deux camps, le 329th IR recoit près de 400 hommes pour recompléter ses rangs. Le dimanche 9 juillet, le 331th IR repart à l’assaut à l’est de la route Carentan Périers ; le 3rd Battalion est arrêté au hameau de Bois-Grimot, à l’est de Sainteny ; sur la droite, le 2nd Battalion du Lieutenant Colonel James Faber fait face à une violente contre-attaque appuyée par plusieurs chars du SS-Panzer-Regiment 2. La G Company est décimée, le Lieutenant Colonel Faber prend la tête des E et F Companies, plusieurs panzer sont détruits, les grenadiers refluent précipitamment ; dans leur élan, les Américains entrent dans Sainteny vers 17 heures. Peu de temps après, le village est pilonné par l’artillerie ennemie, ajoutant de nouvelles ruines au village dévasté. Pendant la nuit, le 329th IR traverse les lignes du 331th IR pour préparer l’assaut du lendemain. En six jours de durs combats, les GI’s ont progressé de cinq kilomètres, un tiers de la distance jusqu’à Périers. © Sources : Cobra par G. Bernage et G. Cadel, Breakout and Pursuit de Martin Blumenson, 331st Infantry Regiment After Action Report, The 329th Buckshot Infantry Regiment History

> Sainteny – Monuments et vestiges