Falaise

(14 Calvados) Monuments et vestiges

Falaise, monument lettrineMonument de la Libération et des victimes civiles Monument commémorant la libération de Falaise en août 1944, ainsi que les victimes civiles. Après la libération de Caen le 19 août, à trente-cinq kilomètres au sud, l’important carrefour de Falaise devint le prochain objectif des Alliés. Il fallut près d’un mois au 21st Army Group du General Bernard Law Montgomery, pour franchir les trente-cinq kilomètres de la longue ligne droite de la Nationale 158. Le jeudi 17 août, les soldats de la 1st Canadian Army lancèrent l’ultime assaut sur une ville ruinée par les bombardements et les combats. Le monument présente la Maple Leaffeuille d’érable – emblème du Canada, reposant dans l’écrin des mains du peuple libéré, avec à droite le blason de la ville. Situation : sur le boulevard de la Libération, square des Canadiens

Monument des victimes civiles Monument à la mémoire des victimes civiles des bombardements de l’été 1944. Les premiers jours qui suivirent le débarquement des Forces alliées en Normandie furent les plus destructeurs, en nombre de tués et de blessés. À Falaise, comme dans toutes les grandes villes normandes, les bombardements massifs débutèrent le mardi 6 juin. Ce jour-là, des tracts lâchés par les avions alliés ordonnèrent aux habitants de quitter la ville, mais ils furent presque sans effet. Puis ce fut l’enfer, la ville fut bombardée le 6 juin, le 7, le 8, puis le 10 et encore le 12 juin, elle fut vidée de ses habitants. Les combats pour la libération ajoutèrent encore des ruines, Falaise fut détruite à 85%. Le monument porte au fronton le chiffre de trois cent cinquante victimes. Ce dernier a fait l’objet d’une récente « révision » ; en 2020, après deux ans de travaux, un groupe constitué de représentants des collectivités et d’associations du Pays de Falaise, a élaboré une nouvelle liste : victimes des bombardements, d’exécutions sommaires ou d’engins explosifs. Ce fastidieux travail de recensement s’est matérialisé sous la forme d’un triptyque de trois grandes plaques, portant les quatre cent quatre-vingt-dix noms de Normands morts pour la France. Situation : monument dans le cimetière de Sainte Trinité, triptyque sur le mur du square Fairant

> Falaise – La Libération