Ancinnes

(72 Sarthe) Les combats de la 2e DB dans la Sarthe

Ancinnes, monument lettrineLes Allemands s’échappent dans la forêt de Perseigne Depuis deux jours, la « bataille de la France » est réellement engagée pour la 2e D.B., commandée par le général Philippe Leclerc de Hauteclocque. Le vendredi 11 août, le sous-groupement du commandant Jacques Massu a pour objectif Ancinnes, à la lisière ouest de la forêt de Perseigne. Le capitaine Mathieu Rogier, chef de la 5e Compagnie du 2e Régiment de Marche du Tchad, prend la tête d’une colonne constituée, outre du « gros » de sa compagnie, d’un peloton de chars légers et un second de chars moyens. À 15 heures, la colonne atteint Ancinette sans encombre, poursuit et bifurque à droite dans un petit chemin qui monte en pente douce. Alors qu’il atteint la crête, le char léger M5 Poitou reçoit de face un obus perforant ; le pilote, Gaston Fievet, et le copilote, Gilbert Gobillot, sont tués sur le coup, les fantassins sautent des halftracks et engagent le combat avec les Allemands dans la vallée. Le blindé détruit bloque le passage ; le 3e peloton de l’adjudant-chef Jean Titeux prend la route directe vers Ancinnes ; à peine a-t-il franchit la rivière Semelle, au Gué de l’Aune, qu’il essuie des coups de canons tirés du village. Un long échange d’artillerie s’ensuit. Les Allemands sont solidement retranchés, plusieurs blindés de la 9. Panzer-Division contrôlent les accès. Le commandant Massu envoie en renfort le groupe du Lieutenant Roger Rives-Henrys. Il est environ 18h30 lorsque le char de tête aborde l’entrée sud d’Ancinnes ; soudain, deux tirs de Panzerfaust atteignent le Savoie, deux membres d’équipage sont blessés, dont le Lieutenant Rives-Henrys, le Savoie recule. Les Sherman se déploient avec l’appui des soldats de la 6e compagnie du capitaine Jacques Langlois de Bazillac. Un violent combat de rues s’engage. Le Sherman Valserine détruit deux panzer de flak, puis un canon antichar. Vers 20 heures, les marsouins atteignent le centre du village, plusieurs semi-chenillés ennemis sont incendiés, cette fois les Allemands décrochent et s’échappent dans la forêt de Perseigne ; Ancinnes est sous contrôle. Pour la nuit, le commandant Massu poste deux solides points d’appui face au massif forestier. Les Français ont perdu près d’une trentaine d’hommes, dont quatre morts ; la population a payé un lourd tribut, cinq civils tués, dont un père de famille et ses trois enfants. © Sources : Combats de la 2e D.B. en Normandie par Hubert Pittino, La libération de la Sarthe par des gars de Leclerc par Jacques Morize

> Ancinnes – Monuments et vestiges