Avranches

(50 Manche) Monuments et vestiges

Avranches, monument lettrineMonument 3rd US Army General Patton Monument commémorant le passage des blindés de la 3rd US Army du General George Smith Patton à ce carrefour, du 31 juillet au 10 août 1944. L’obélisque de quatorze mètres de haut fut inauguré le 31 juillet 1954 ; on peut y lire l’inscription suivante : « du 31 juillet au 10 août 1944, réalisant la percée d’Avranches, dans le vacarme de ses blindés en marche vers la victoire et la libération de la France, la glorieuse armée américaine du General Patton a franchi ce carrefour ». Autour de l’obélisque, les six branches d’une étoile indiquent les itinéraires des différents corps de la 3rd US Army. Près du monument, on peut voir un buste du célèbre général américain en tenue de tankiste (signé Cogné, fonderie d’art Caron 2004). Le char Sherman M4-A4 a été installé en 1989 ; ce blindé de 30 tonnes constitua l’armement principal des divisions blindées alliées ; il était dirigé par une équipe de cinq hommes et était armé d’un canon de 75 mm et de deux mitrailleuses. Une borne du Serment de Koufra, ou Voie de la 2e DB, rappelle que la 2e DB du général Philippe Leclerc traversa Avranches le 8 août, et combattit au sein des Forces alliées pour libérer le territoire national. La 2e DB libéra Strasbourg le 23 novembre, et hissa le drapeau français sur le Berghof à Berchtesgaden, le 4 mai 1945. Situation : au sud d’Avranches, place Patton

Stèle John Brunea Stèle à la mémoire de John Henry Brunea, vétéran américain décédé en 2010. John Brunea avait débarqué en Normandie en juin 1944, au sein de la 1st US Infantry Division. Après la guerre, il se maria avec une Française, ils partirent aux États-Unis. En 1949, ils revinrent s’installer en France où John Brunea occupa, pendant dix ans, le poste de Surintendant du cimetière américain de Saint-James, jusqu’à sa retraite. Il finit ses jours dans la ville d’Avranches. Situation : au pied du monument Patton

Plaque bombardement allié du 7 juin 1944 Plaque en souvenir du bombardement allié du 7 juin 1944 ; le monument aux Morts de 1914-1918 porte encore les traces d’éclats des bombes. Les bombardements du mercredi 7 juin, puis du samedi 10 juin, détruisirent le centre-ville et le quartier de la gare, entrainant la mort de cent quinze personnes, malgré le largage de tracts ordonnant aux habitants de quitter la ville. Situation : sur le monument aux Morts de 1914-1918, place Littré

> Avranches – La Libération