Bayeux

(14 Calvados) Monuments et vestiges

Bayeux, monument lettrineMonument General Dwight David Eisenhower Mémorial à la mémoire du General Dwight David Eisenhower, qui fut le chef du Supreme Headquarters, Allied Expeditionary Force de 1944 à 1945. Avant d’être nommé à ce poste par le Major General George Marshall, proche conseiller du Président des États-Unis, il avait dirigé, avec succès, le débarquement en Afrique du nord en novembre 1942, puis celui en Sicile en juillet 1943. Ses capacités militaires et d’organisation, autant que son sens politique, permirent à la coalition alliée de mener à bien l’opération Overlord, puis la campagne d’Europe. Il prit la décision cruciale de retarder la plus grande opération aéronavale de l’Histoire de 24 heures, en raison des mauvaises conditions météorologiques. Il avait rédigé une note pour un message, en cas d’échec d’Overlord, où il assumait l’entière responsabilité des évènements. Eisenhower était âgé de 54 ans au moment du Jour J. Le Mémorial a été inauguré lors du 50e Anniversaire en 1994, en présence de la petite fille d’Eisenhower. Une étoile à cinq branches couvre le centre de l’esplanade ; encadré par une arche de pierre, se découpe la statue de bronze du General Eisenhower en uniforme, elle est l’œuvre du sculpteur américain Robert Lee Dean. Une figure identique est située dans le centre de Londres. Situation : rond-point Eisenhower

Borne du 14 juin 1944 Une Borne de pierre commémore, sur le lieu même, le premier discours du général Charles de Gaulle aux Français libérés, le 14 juin 1944. Ce jour-là, le général de Gaulle avait débarqué du torpilleur La Combattante, sur Juno Beach entre Graye et Courseulles-sur-Mer, accompagné des représentants du Gouvernement Provisoire de la République. La délégation s’était auparavant arrêtée à Creully, où elle avait été reçue par le General Bernard Montgomery, chef des Forces terrestres alliées. Puis à 16 heures, à Bayeux place du château, devant la foule des Bajocasses, le général avait prononcé son premier discours, rétablissant la souveraineté de la France sur le sol français. On peut lire un extrait de son discours sur la borne, qui a été inaugurée le 16 juin 1946, en présence du général de GaulleSituation : place du général de Gaulle

Monument de la Libération Le monument fut inauguré le 14 juin 1952, en présence du général Charles de Gaulle, du maire, le docteur Henry Jeanne, et de Raymond Triboulet, président du Comité du Débarquement. Dans le cercle du rond-point, s’inscrit celui du monument ; face à l’est, on descend quelques degrés pour atteindre le bas-relief sculpté par Raoul Lamourdedieu. Il représente Raymond Triboulet et la population de Bayeux, accueillant le général de Gaulle et ses représentants, puis une allégorie de la France et de Saint-Michel terrassant le serpent nazi, suivis des soldats alliés débarquant sur les plages. A l’arrière du bas-relief, deux dates : le 6 juin, date du Débarquement, et le 14 juin, premier discours du général aux Français libérés. Situation : rond-point de Vaucelles

Stèle Military Police Corps Stèle à la mémoire de tous les soldats du Military Police Corps, tombés pendant le Débarquement du 6 juin 1944 et la Bataille de Normandie. Chaque grande unité britannique avait son corps de police militaire, chargé principalement de la régulation du trafic routier, des prisonniers de guerre et des civils dans les zones des armées, de la surveillance des emplacements stratégiques. Sur la stèle, on peut observer le Cap Badge de la Military Police avec le monogramme du roi George VI : George-VI-Rex. Situation : près du Musée mémorial

Plaque 50th Northumbrian Infantry Division Plaque dédiée aux soldats britanniques de la 50th Northumbrian Infantry Division, qui tombèrent sur les plages de La Rivière, Le Hamel et à Arromanches-les-Bains, le 6 juin 1944. La 50th Infantry Division était commandée par le Major General Douglas Alexander Graham. Au soir du Jour J, la 50th Infantry Division et les unités rattachées avait perdu environ un millier de soldats, dont un tiers de tués. En tête de la plaque, on peut observer le monogramme de l’unité : TTH, pour Tyne, Tees et Humber. Situation : rue L L le Forestier, à l’entrée de l’Hôtel du Doyen

Stèle Nottinghamshire Yeomanry Sherwood Rangers Stèle à la mémoire des soldats britanniques du Nottinghamshire Yeomanry Sherwood Rangers de la 8th Armoured Brigade. Les chars Sherman Duplex Drive (amphibies) du Nottinghamshire Yeomanry débarquèrent sur Gold Beach le 6 juin 1944 ; ils participèrent à la libération de la ville de Bayeux le lendemain. L’unité était commandée par le Lieutenant Colonel John Anderson. L’insigne de l’unité est gravé sur la stèle de granit, ainsi qu’une silhouette de tank Sherman. Situation : près du Musée mémorial

Plaque 56th Infantry Brigade Plaque à la mémoire des officiers et soldats de la 56th British Infantry Brigade, qui tombèrent pendant la campagne d’Europe de juin 1944 à mai 1945. Cette unité était rattachée le Jour J à la 50th Northumbrian Infantry Division, et commandée par le Brigadier E.C. Pepper. Le 7 juin 1944, la 56th Infantry Brigade entrait dans Bayeux, qui devint la première ville française libérée par les troupes alliées ; épargnée par les bombardements, la cité devint le lieu de repos de prédilection des soldats alliés.  Situation : dans la cathédrale Notre-Dame, à gauche en entrant

Stèle 2nd Battalion Essex Regiment Stèle en souvenir des soldats britanniques du 2nd Battalion Essex Regiment The Pompadours, qui participèrent à la libération de la ville de Bayeux le 7 juin 1944. Le 2nd Battalion Essex Regiment était l’un des trois régiments de la 56th British Infantry Brigade ; il était commandé, le Jour J, par le Lieutenant Colonel J.F. Higson. Le surnom du régiment, The Pompadours, remonte au XVIIIe siècle, il fait référence à la favorite du roi Louis XIV, la marquise de Pompadour, qui avait une prédilection pour le rose, couleur qui apparaissait sur les uniformes de l’époque. Situation : près du Musée mémorial

Vitrail Forces alliées Vitrail en l’honneur des Forces alliées, qui débarquèrent en Normandie pour libérer l’Europe. Il fut réalisé à l’initiative de l’association D-Day and Normandy Fellowship et inauguré le 6 juin 1989, lors du 45e Anniversaire, en présence de Sa Majesté la Reine Mère Elisabeth. C’est une représentation, à l’identique, d’un vitrail installé en 1984 dans la cathédrale de Portsmouth. Celui de la cathédrale de Bayeux est l’œuvre d’un artiste, dont l’atelier est installé à Honfleur : Martial Mayel. Sur le panneau, on peut observer les emblèmes des armées ayant participé à la bataille, ceux de la Royal Navy, de la Royal Air Force, de la British Army, ainsi que les symboles des principaux pays engagés ; tout en bas on peut lire une prière de Sir Francis Drake : « O Lord God, when thou givest to thy servants to endeavour any great matter, grant us also to know that it is not the beginning, but the continuing of the same until it be thoroughly finished, which yieldeth the true glory ». Situation : dans la cathédrale Notre-Dame, dans la chapelle des Saints-Innocents

Mémorial de la Déportation Mémorial en souvenir des déportés, résistants et victimes civiles de la Deuxième Guerre mondiale. Au centre de la monumentale façade, un supplicié git sur le drapeau, encadré par les noms des martyrs ; en exergue, on peut lire les premiers vers d’un poème de Louis Aragon : La rose et le réséda, dédié aux Résistants Gabriel Péri, Honoré d’Estienne d’Orves, Guy Moquet et Gilbert Dru, tous les quatre fusillés par les Allemands. Situation : sur la façade de l’ancien évêché

Stèle Robert Capa Stèle à la mémoire du reporter photographe hongrois Robert Capa. Travaillant pour l’agence Life, il fut le seul photographe à débarquer sur Omaha Beach avec les premières vagues d’assaut, à l’aube du 6 juin 1944. Suite à un incident technique, seuls onze clichés furent développés, mais ils sont devenus des témoignages uniques. Robert Capa couvrit les combats jusqu’à la capitulation nazie, photographiant notamment la libération de Paris. Il fut tué en Indochine, le 25 mai 1954, au cours d’un reportage au côté des soldats français. Situation : Mémorial des reporters, rue de Verdun

> Bayeux – La Libération > Bayeux – Musée > Bayeux – Cimetière