Chef-du-Pont – Sainte-Mère-Église

(50 Manche) La Libération

Chef-du-Pont, ville lettrineLe Captain Roy Creek tient le pont avec 34 hommes Entre 1h40 et 2 heures, le 6 juin, les avions C47 de la mission Boston larguent les quelques 6300 hommes de la 82nd US Airborne Division. Les officiers rassemblent tant bien que mal leurs unités et font le point ; la voie ferrée de Cherbourg, qui surplombe la zone inondée du Merderet, est un bon repère. Différents groupes suivent cet itinéraire vers le sud. À l’aube, plusieurs éléments convergent vers le pont de La Fière, qui est l’objectif de la A Company du 505th Parachute Infantry Regiment, menée par le 1st Lieutenant John Dolan. Quelque temps après, ils voient arriver 300 parachutistes, commandés par le Brigadier General James Gavin, commandant en second de la 82nd Airborne Division ; le combat est déjà engagé pour la conquête de la chaussée sur le Merderet. Vers 10 heures, le Lieutenant Colonel Edwin Ostberg, chef du 1/507th PIR, arrive à Chef-du-Pont avec une centaine d’hommes. Ils atteignent la gare sans opposition, puis des tireurs embusqués ouvrent le feu, l’opération de « nettoyage » fait perdre deux heures. Lorsque les Américains tentent de franchir le pont sur le Merderet, à l’extrémité sud-ouest de la ville, les Allemands ouvrent un feu violent, un officier est tué, le Lieutenant Colonel Ostberg est blessé et tombe dans la rivière ; le Captain Roy Creek, chef de la E Co du 2/507th PIR, se précipite sous les éclats pour aller le chercher. Entre-temps, une autre formation de paras arrive à Chef-du-pont ; le Brigadier General Gavin estime l’objectif sous contrôle, il laisse sur place la troupe du Lieutenant Colonel Maloney et repart à La Fière. Les Allemands sont solidement retranchés dans le château de l’Isle Marie, un ilot qui émerge des marais et d’où ils contrôlent le pont sur le Merderet. Les Américains installent un poste d’observation dans les bâtiments de la laiterie près du pont. Vers 17 heures, le Lieutenant Colonel Maloney reçoit l’ordre d’accourir en urgence à La Fière avec tous les hommes disponibles. À Chef-du-Pont, il ne reste que 34 hommes avec le Captain Creek. Sous le harcèlement de l’artillerie ennemie, la situation devient précaire. Enfin, un renfort arrive en début de soirée : un officier avec une centaine d’hommes et un canon de 57mm. Les positions sont renforcées ; sous un tir de couverture, dix paras franchissent le pont, repoussent les Allemands et s’enterrent sur la rive ouest. Le Captain Creek va tenir jusqu’au 10 juin, lorsqu’il sera relevé par les soldats du 358th IR de la 90th US Infantry Division. © Sources : Utah Beach to Cherbourg Center of Military History USA par le Major Roland Ruppenthal, Utah Beach par Georges Bernage et Dominique François, Utah Beach par Joseph Balkoski

> Chef-du-Pont – Monuments et vestiges