Alençon

(61 Orne) Monuments et vestiges

Alençon, lettrineChar Sherman Montereau Le Sherman Montereau appartenait à la 2e compagnie du 501e Régiment de Chars de Combat. Il a été détruit en forêt d’Ecouves le 12 août 1944. Situation : dans l’enceinte du conseil général, visible de la rue de la demi-Lune

Monument Général Leclerc de Hauteclocque, maréchal de France Monument à la mémoire du général Leclerc et de ses campagnes : Mourzouk, Koufra, le Fezzan, Tripoli, Gabès, Tunis, le Débarquement, Alençon, Écouché, Paris, Dompaire, Baccarat, Badonwiller, Strasbourg, Berschtesgaden, Hanoï. Situation : rue du pont Neuf, en face du pont sur la Sarthe

Monument de la Libération Monument commémorant la libération de la ville le 12 août 1944. Situation : place du général de Gaulle

Plaque 2e DB, plaque victimes civiles Plaque en l’honneur des soldats de la 2e Division blindée française, commandée par le général Leclerc, libérateur d’Alençon le 12 août 1944. Le général de Gaulle et le général Leclerc se rendirent à Alençon le 10 août 1947, afin de commémorer cette journée inoubliable. Une seconde plaque est à la mémoire du personnel municipal, des déportés et des victimes civiles. Situation : dans le hall de l’hôtel de ville

Plaque de la Résistance Plaque à la mémoire des patriotes qui furent internés et torturés dans cette prison par la Gestapo de 1940 à 1944. Situation : sur la façade de la maison d’arrêt

Poste de commandement du général Leclerc Cette maison servit de quartier général temporaire au général Leclerc lors de la libération de la ville le 12 août 1944. Un musée y fut inauguré en 1994 et a été fermé depuis. Situation : 31, rue du pont Neuf, au bord de la Sarthe

Stèle de la libération Stèle commémorant la libération d’Alençon et la mémoire des résistants ornais. Situation : en face de la gare et de l’hôtel de Rouen

Stèle de la Libération Stèle inaugurée en 1994 lors du Cinquantenaire de la Libération, à l’initiative de la société d’horticulture de l’Orne. Situation : à l’extrémité sud de l’avenue Rhin et Danube, près du carrefour

> Alençon – La Libération