Amfreville

Monuments et vestiges (50 Manche)

Amfreville, monument lettrineMonument 507th Parachute Infantry Regiment Monument en hommage aux parachutistes américains du 507th Parachute Infantry Regiment de la 82nd US Airborne Division. Du jour J, le 6 juin 1944 au 11 mai 1945 le régiment a combattu en Europe et obtenu de nombreuses citations et décorations : Etoile d’argent : 108 distinctions, Médaille du soldat : 7 distinctions, Etoile de bronze : 351 distinctions, Purple Heart : 1446 distinctions. Des distinctions individuelles furent décernées : Medal of Honor à titre posthume : Georges J. Peters, Distinguished Service Cross (DSC) : Arthur A. Maloney, Robert D. Rae, Earl F. Robinson, Charles J. Timmes, Dante Toneguzzo, John J. van Volkenburg. Situation : au bord de la D126, dans le hameau des Helpiquets, 1 km avant Amfreville en venant de Sainte-Mère-Eglise

Monument « verger Timmes » Dans la nuit du 6 juin 1944, le Colonel Charles J. Timmes est parachuté à l’ouest du Merderet, avec un groupe de parachutistes il se retrouve encerclé par une importante force ennemie le dos à la zone inondée. Du 6 au 9 juin 1944, ils résistèrent dans ce pré encerclés par les Allemands. Situation : à l’entrée du bourg, en arrivant de Sainte-Mère-Eglise, prendre à droite route du Tiers en suivant le panneau, rouler jusqu’au bout du chemin étroit sur un kilomètre

Plaque hôpital allemand Plaque rappelant qu’un hôpital allemand fut installé dans cette maison, ainsi que dans l’école de garçons, de février à juin 1944. Situation : sur le mur d’une maison, sur la gauche à l’entrée de la rue de la Rosière qui conduit au « verger Timmes »

Plaque Lieutenant Heisler Plaque signalant que cette maison fut utilisée par les Allemands pour interroger des parachutistes américains faits prisonniers; parmi eux le Lieutenant Walter « Chris » Heisler, du 507th Parachute Infantry Regiment. Ce dernier survécut au crash du C47 qui le transportait dans la nuit du 5 au 6 juin 1944. Une stèle rappelle ce fait près de Nègreville. Situation : prendre la petite rue à droite de l’église, et la suivre jusqu’au bout

> Amfreville – La Libération