Auvers

(50 Manche) La Libération

Auvers, ville lettrineCarentan, la contre-attaque de la dernière chance Le Fallschirmjäger-Regiment 6 a subi de lourdes pertes depuis le 6 juin, les parachutistes résistent encore dans Carentan, mais sans renfort et à court de munitions, ils sont condamnés à court terme. Le 11 juin vers 16h, Le lieutenant-colonel von der Heydte ordonne le repli, couvert par une arrière-garde. Une heure plus tard, en retournant à son PC situé à Cantepie, deux kilomètres à l’est d’Auvers, il rencontre le Brigadeführer Werner Ostendorff, chef de la 17.SS-Panzergrenadier-Division ; ce dernier lui annonce son rattachement à la division SS et qu’une contre-attaque va être lancée. Trop tard, le 12 juin au matin, les Américains de la 101st US Airborne Division occupent Carentan, pendant que les Allemands s’efforcent de préparer leur contre-attaque, au rythme de l’arrivée des éléments de l’unité sur le front. Enfin, le 13 juin au matin, l’opération démarre après un barrage d’artillerie ; en milieu de matinée, les Allemands ont progressé, le II./FJR. 6 reprend la gare et approche du centre ville. Mais l’arrivée du Combat Command A de la 2nd US Armored Division fait basculer le sort de la bataille : artillerie, infanterie, blindés, appuyés par l’aviation, repoussent brutalement tous les assauts des SS et des Fallschirmjäger, qui subissent de très lourdes pertes ; en fin d’après-midi, le Brigadeführer Ostendorff donne l’ordre de repli sur une ligne qui relie les marais de Baupte à la Taute, et passant au sud de Méautis. À partir du 14 juin, les Américains consolident leurs positions ; Auvers est libéré, le 2nd Batallion du 502nd PIR, commandé par le Lieutenant-Colonel Steve A. Chappuis, s’installe près du bourg avec son PC dans une ferme à proximité. © Sources : Objectif Carentan HS Normandie 44 magazine par George Bernage, Normandie 1944 avec l’Easy Company par Matthieu Longue, Avenging Eagles par Mark Bando

Auvers – Monuments et vestiges