Bénouville

(14 Calvados) Monuments et vestiges

Bénouville, monument lettrinePegasus Bridge Le pont Pégasus actuel sur le canal de Caen est un pont récent, réplique à l’identique du pont d’origine, visible aujourd’hui dans le parc du Mémorial Pegasus. Le 6 juin 1944, son nom de code était Euton 1, Euton 2 était celui du pont de Ranville sur l’Orne. Près du pont, on peut encore voir un canon allemand Pak 38 dans son encuvement, il ne fut d’aucune utilité aux défenseurs face à l’assaut des parachutistes britanniques.  Situation : sur le canal de l’Orne, sur la D514

Café Gondrée Ce petit café était occupé par un couple, qui furent parmi les premiers Normands libérés le jour du Débarquement. Juste derrière le café, un panneau commémore la jonction, le 6 juin 1944 vers midi, entre les Commandos de la 1st Special Service Brigade débarqués sur Sword Beach, et les parachutistes de la 6th British Airborne Division largués à bord de leurs planeurs. 20 mètres plus loin, au bord de la route, une stèle est dédiée à  la 6th British Airborne Divsion et aux Commandos du Brigadier-General Lord Lovat ; les planeurs, le pont et le piper Bill Millin sont représentés.  Situation : près du Pegasus Bridge

Plaque de la libération Plaque commémorant la libération de la première mairie de Normandie et de France le 6 juin 1944. Situation : sur la façade de la mairie

Espace Pegasus Bridge «Ham and jam» Cet espace, signalé par un totem de l’Espace Historique, indique le lieu précis où atterrirent dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, les trois planeurs du Major Howard. Trois stèles marquent les points de chute des Horsa. Dans la nuit du 6 juin 1944, par un coup de main audacieux, avec une rare précision, ses planeurs se posèrent à quelques dizaines de mètres de l’objectif dont il s’empara : le pont de Bénouville. On peut observer un buste du Major Howard,  qui commandait la D Company du 2nd Battalion Oxfordshire and Buckinghamshire Light Infantry. Situation : près du Pegasus Bridge, rive droite du canal

Monument Signal Monument commémorant le 6 juin 1944, où «l’héroïsme des forces alliées libèra les premières, les rives de l’Orne». Ce monument fait partie d’une série de neuf édifiés sur les sites emblématiques des combats du Jour-J ; le modèle fut créé par l’architecte en chef des Monuments historiques, Yves-Marie Froidevaux. Situation : près du Pegasus Bridge

Monument 7th Light Infantry Battalion Monument dédié au 7th (Light Infantry) Battalion The Parachute Regiment qui faisait partie de la 6th Airborne Division, il était commandé par le Lieutenant-Colonel George Pine-Coffin. Situation : dans le bourg, sur le carrefour de la D514

Stèle premier pont Bailey Stèle rappelant qu’à cet endroit fut édifié le premier pont bailey en Normandie. Il fut achevé le 8 juin 1944 par la 17 Field Company Royal Engineer, commandée par le Major Willison, l’unité appartenait à la 3rd British Infantry Division. Situation : sur la rive gauche du canal de l’Orne, 300 mètres en aval du Pegasus Bridge

Canon anti-aérien Bofors 40 mm Ce canon d’origine suédoise connut un grand succès pendant la Seconde Guerre mondiale, et bien au-delà. Il fut fabriqué sous licence par de nombreux pays d’Europe. Léger, facile d’utilisation, il tirait une munition de 40 mm avec une grande vitesse initiale à la cadence maximale de 120 coups par minute. Situation : face au café Gondrée, de l’autre coté de la route

> Bénouville – La Libération

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports