Bény-sur-Mer

(14 Calvados) La Libération

Bény-sur-Mer, ville lettrineLes soldats de la Chaudière acclamés par les Bernièrais À 8h15, les A et B Companies du Queen’s Own Rifles of Canada débarquent sur la plage de Bernières-sur-Mer, secteur Nan White. La A Company accoste à l’ouest du WN 28, elle atteint la voie ferrée puis se retrouve clouée sur place par un tir de mortiers. Devant le WN 28 occupé par un élément de la 5./Grenadier-Regiment 736, sans aucun appui, la B Company perd une soixantaine d’hommes en traversant la plage ; les blindés spéciaux ont débarqué trois cent mètres trop loin, la mer agitée retarde l’arrivée des chars DD. Après de durs combats au corps à corps, une percée est effectuée. À 8h30, les LCTs déposent directement sur le sable les Sherman du B Squadron du Fort Garry Horse, ils appuient la A Company dans sa progression dans les rues de Bernières. La marée monte, plusieurs LCAs transportant les C et D Companies percutent des pieux minés ; les compagnies d’assaut terminent le nettoyage du WN 28. Le régiment de la Chaudière, commandé par le Lieutenant-Colonel Paul Mathieu, débarque à son tour ; un LCA saute sur une mine, le peloton n°11 est décimé. La plage est encombrée d’engins détruits, de blessés et de morts, de troupes et de véhicules qui attendent que les sorties soient opérationnelles. Les soldats de la Chaudière patientent une heure avant de s’engager dans la ville, ils sont acclamés quand les habitants découvrent que ces Canadiens parlent le Français. Le régiment se regroupe dans un verger au sud de la ville, les tirs ennemis occasionnent quelques pertes parmi les Forward Observation Officers, le Lieutenant R.J. Lapierre est tué. À 11 heures, la Compagnie A du Major Hugues Lapointe, transportée sur les chars d’un squadron du Fort Garry Horse, soutenu par un peloton du Cameron Highlanders of Ottawa, s’engage sur la route de Bény-sur-Mer ; aussitôt il faut neutraliser un canon antichar et ses servants. Après environ 1,5 kilomètres, le peloton n°8 part à l’assaut d’une position de canons de 88 mm, le Lieutenant Walter Moisan est blessé pendant l’opération. La Compagnie B du Major J.F. l’Esperance oblique à l’ouest vers la Mue, pour s’emparer du WN 28a, une batterie de campagne de quatre canons tchèques tenue par la 7./Artillerie-Regiment 1716 ; la position a été bombardée, la cinquantaine d’artilleurs opposent une faible résistance. La Compagnie C du Major Georges Servigny atteint Bény-sur-Mer, le village est sécurisé en milieu d’après-midi. © Sources : Normandie 44 Magazine n°5, Juno Beach de Ken Ford, War Diary 1st Bn The Queen’s Own Rifles of Canada, War Diary Régiment de la Chaudière

> Bény-sur-Mer – Monuments et vestiges