Beuzeville-la-Bastille

(50 Manche) La Libération

Beuzeville-la-Bastille, ville lettrineLes « Red Devils » franchissent la Douve Après les durs combats de la colline 30, le Colonel Roy E. Lindquist, chef du 508th Parachute Infantry Regiment, regroupe et réorganise son unité. Le 10 juin, le 358th Regimental Combat Team de la 90th US Infantry Division attaque vers Pont-L’Abbé. Les Américains subissent de lourdes pertes, Picauville est libérée mais Pont-L’Abbé résiste encore ; les Allemands harcèlent les G I’s depuis le sud de la Douve. Le Colonel Lindquist ordonne au Lieutenant-Colonel Shanley, chef du 2nd Battalion, de lancer une reconnaissance de nuit vers le pont de Beuzeville ; l’objectif de l’opération est d’atteindre Baupte et de s’emparer du pont. Dans la nuit du 11 juin, une première reconnaissance, guidée par un civil normand, échoue. La nuit suivante, la seconde tentative est mieux préparée ; après une intense préparation d’artillerie, le Lieutenant Goodale, chef de la F Company, progresse vers l’objectif à bord de barges d’assaut. Dans l’obscurité, les parachutistes s’emparent de Beuzeville-la-Bastille et repoussent les Allemands après avoir détruit deux blindés, la voie est ouverte pour le reste du régiment ; avant l’aube le 508th PIR est rassemblé au sud de la Douve. Le génie s’active et vers 8h30 un pont Bailey est opérationnel. © Source : Parachutés sur Sainte-Mère-Église par Albert Pipet, 508th PIR After Action Report

Beuzeville-la-Bastille – Monuments et vestiges