Carpiquet

(14 Calvados) La Libération

Carpiquet, ville lettrine

Les jeunes SS meurent à Carpiquet Le 4 juillet, le General Dempsey lance l’opération Windsor. L’aérodrome de Carpiquet, qui devait être pris, comme Caen, le premier jour du Débarquement, et qui résiste depuis près d’un mois, est le premier objectif. A 5 heures du matin, les Canadiens de la 8th Infantry Brigade partent à l’assaut du village de Carpiquet, avec une attaque de diversion du Royal Winnipeg Rifles. Les hommes suivent de près le terrifiant barrage d’artillerie, auquel participent les canons de la Marine. Vers 8h30, après de violents combats, le village de Carpiquet est libéré. L’attaque se poursuit vers l’aérodrome, avec les chars du Fort Garry Horse et l’infanterie du North Shore et de La Chaudière, elle échoue devant les solides fortifications allemandes. Dans la nuit, les SS de la Hitlerjugend lancent de violentes contre-attaques, qui sont brisées par les mitrailleuses des Cameron Highlanders of Ottawa. Il faut encore cinq jours de combats acharnés, et l’offensive Charnwood pour prendre l’aérodrome. Le 9 juillet, la 8th Infantry Brigade et les chars du 1st Hussars arrachent les derniers hangars aux grenadiers SS, qui défendent leurs tranchées jusqu’à la mort ©

> Carpiquet – Monuments et vestiges

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports