Carrouges

(61 Orne) La Libération

Carrouges, ville lettrineLes divisions blindées allemandes battues par les Français En début de matinée, le 13 août, les Français de la 2e DB font leur jonction au cœur de la forêt d’Écouves, prenant par surprise la 9e Panzer-Division. Á l’ouest de la forêt le GTD progresse par la Nationale 12, avec pour objectif Carrouges. Après la traversée de Saint Denis-sur-Sarthon, une partie de l’avant-garde bifurque sur un axe parallèle. Les Français rencontrent une pointe de la 3e Division blindée américaine. Au carrefour de Lalacelle, la colonne remonte vers Carrouges, Ciral est traversé rapidement. Dans l’urgence, le général Eberbach tente de rassembler le XLVII Panzer-Korps pour stopper les blindés américains et français. La 2e Panzer-Division du général von Luettwitz est en route, elle ne compte plus qu’une trentaine de chars et 3 à 4000 hommes. Sur la route parallèle, le détachement du capitaine Grall est bloqué pendant près de trois heures au sud est de Ciral. Pendant ce temps, un groupe se lance vers Carrouges. Avec l’appui de l’aviation, le peloton Pity met en déroute des éléments du bataillon de reconnaissance de la 2e Panzer-Division, et entre dans Carrouges vers midi. Peu de temps après, le colonel Dio arrive en jeep accompagné de quatre Sherman, puis repart vers Ciral. Les Allemands défendent Carrouges rue par rue. Le renfort du 1er peloton de chars TD est décisif, Carrouges est libéré en début d’après-midi. ©

> Carrouges – Monuments et vestiges

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports