Dozulé

(14 Calvados) La libération

Dozulé, ville lettrineHill 13, colline 134, colline 120 : des hauteurs qui contrôlent Dozulé À l’aube du 19 août, le 12th Parachute Battalion s’est emparé de Putot-en-Auge. Le 9th Battalion repousse une violente contre-attaque allemande sur l’axe de la route de Dozulé, au niveau de la voie ferrée. Le 13th Parachute Battalion du Lieutenant-Colonel Peter Luard doit conquérir la colline 13, une hauteur qui contrôle la route de Dozulé, et où le Generalleutnant Erich Diestel a installé le PC de sa 346.Infanterie-Division. L’artillerie ennemie pilonne les positions des parachutistes. L’assaut du 13th Battalion est brisé par le feu des Allemands, camouflés dans leurs positions enterrées ; ils lancent une contre-attaque qui est repoussée grâce à l’appui du Royal Artillery. Les Anglais ont subi de lourdes pertes et sont épuisés ; la 4th Special Special Service Brigade du Brigadier Bernard W. Leceister entre en ligne. Dans la nuit du 20 août, à 1 heure, le N°46 Royal Marine Commando s’élance, les assaillants ne sont repérés que lorsqu’ils atteignent les tranchées allemandes ; à 2h30, Hill 13 est prise. En début de matinée, le N°48 Royal Marine Commando du Lieutenant-Colonel James Moulton prend la colline 134, au sud ; l’unité poursuit son avance, puis, après un bref accrochage avec l’ennemi, atteint la cote 120, le Mont Ménard, à l’est de Dozulé. Les Commandos ont vue sur la grande route et menacent directement l’axe de retraite allemand ; l’objectif assigné est occupé, une patrouille est envoyée jusqu’à la route, où la situation est étrangement calme. Le N°41 Commando du Lieutenant-Colonel Eric Palmer a rejoint ; une attaque combinée avec le N°48 permet d’entrer dans Saint-Léger-Dubosq à la tombée de la nuit. Le chef de la 6th Airborne Division avait d’abord ordonné une attaque sur Dozulé dans la soirée, elle est reportée au lendemain matin ; les chefs des N°41 et 48 Commandos reçoivent l’ordre de préparer l’opération. A 4h30 le 21 août, les Commandos entrent dans la ville sans rencontrer de résistance, les Allemands sont partis la veille ; il pleut, mais les maisons en feu crépitent et rougeoient ; incendie dû à l’artillerie de l’un des camps ou allumé par l’ennemi ? Les entrées sont verrouillées, des patrouilles sont menées dans les vergers au nord et au sud ; la ville subit encore quelques tirs ennemis. © Sources : Opération Paddle d’Eddy Florentin, War Diaries 13th Parachute Battalion, N°48 Royal Marine Commando, N°41 Royal Marine Commando, Normandie 1944 magazine n°21

> Dozulé – Monuments et vestiges