Ellon

(14 Calvados) La Libération

Ellon, ville lettrineLe début du calvaire pour Tilly-sur-Seulles Après la libération de Bayeux, le General Douglas Graham lance vers Villers-Bocage, le 8 juin 1944, les 200 chars de la 8th Armoured Brigade et l’infanterie de la 151st Infantry Brigade. Face à eux, un seul régiment de la 352. Infanterie-Division qui ne peut s’opposer à la masse des blindés anglais ; le soir, les Britanniques sont à Saint-Pierre, au nord-est de Tilly-sur-Seulles ; les hommes du 8th Battalion Durham Light Infantry Regiment sont stoppés par un tir de barrage de mortiers allemands. Mais une nouvelle unité blindée d’élite est arrivée dans le secteur : la Panzer-Lehr-Division, qui reçoit l’ordre de reprendre immédiatement Bayeux aux Britanniques. Le matin du 9 juin les Allemands contre-attaquent, à midi les blindés du II/Panzer-Lehr-Regiment 130 traversent Ellon, puis atteignent Arganchy. Bayeux n’est plus qu’à quelques kilomètres, lorsque le General Fritz Bayerlein reçoit un contre-ordre du I.SS-Panzer-Korps : cesser l’avance sur la cité médiévale et défendre Tilly-sur-Seulles. Dès 14h, la division se dirige vers son nouvel objectif, ne laissant que quelques éléments de couverture dans la zone. Dans la nuit du 9 au 10 juin, la Panzer-Lehr se replie sur une nouvelle ligne de défense avec Tilly-sur-Seulles comme centre de gravité, abandonnant le secteur d’Ellon. © Normandie album Mémorial de Georges Bernage

> Ellon – Monuments et vestiges

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports