Saint-Gilles

(50 Manche) La Libération

Saint-Gilles, ville lettrineLa Old Hickory attaque sur l’aile gauche Le 18 juillet, une Task force commandée par le General Norman D. Cota libère Saint-Lô. La ville a énormément souffert des combats et recevra le triste surnom de « capitale des ruines ». Le General Omar Bradley, chef de la 1st US Army, lance une semaine plus tard l’opération Cobra. Le VII Corps du Major-General Joseph Lawton Collins est chargé de cette offensive décisive. Le 25 juillet les bombardiers américains larguent 3 300 tonnes de bombes sur les lignes allemandes à l’ouest de Saint-Lô. La 30th US Infantry Division Old Hickory attaque sur l’aile gauche. Les fantassins américains avancent dans un terrain dévasté, et se heurtent à une faible opposition près d’Hébécrevon. Le lendemain, 26 juillet, les hommes du Major-General Leland S. Hobbs, appuyés par les chars du CCA de la 2nd US Armored Division, reprennent l’offensive ; les fantassins allemands du II. Fallschirm-Jäger Korps retraitent face à la pression des Américains qui libèrent Saint-Gilles.

> Saint-Gilles – Monuments et vestiges