Sainte-Croix-sur-Mer

(14 Calvados) La Libération

Sainte-Croix-sur-Mer, ville lettrineLes snipers ennemis harcèlent les Canadiens Gold Beach secteur Mike, 7h49, les hommes du Royal Winnipeg Rifles descendent des péniches ; ils découvrent que les bombardements ont laissé presque intactes les défenses allemandes ; il n’y a aucun char sur la plage, car le planning de lancement a été désorganisé par la mer agitée. Sur Mike Red, la B Company du RWR, commandée par le Captain Philip Gower, se retrouve seule face au WN 31 tenu par la 6./Grenadier-Regiment 736 ; les pertes sont très lourdes face aux mortiers et mitrailleuses allemandes. Six Sherman DD arrivent enfin et engagent les canons des blockhaus ; les Canadiens pénètrent les défenses ennemies et prennent d’assaut les tranchées, ils franchissent la Seulles sur un pont intact. La D Company du RWR, menée par le Major Lockhart Fulton, débarque à l’ouest du WN 31, les Canadiens franchissent les barbelés, traversent une zone inondée derrière les dunes, puis des champs de mines devant La Valette ; vers 9 heures, Graye-sur-Mer est libéré. Sur l’aile ouest, la C Company du 1st Canadian Scottish ne rencontre pas d’opposition et se dirige vers le hameau de Vaux. Aussitôt débarquée, la A Coy du RWR du Major Frederick Hodge se dirige vers Sainte-Croix-sur-Mer, où est situé le PC du II./Grenadier-Regiment 726. À l’approche de la localité, les Canadiens sont cloués sur place par des tirs de mitrailleuses. Grace au renfort de quelques blindés du 1st Hussars, les positions ennemies sont neutralisées ; la A Coy poursuit son avance vers Creully. Sur la droite du Major Hodge, le 1st Canadian Scottish se dirige également vers Sainte-Croix-sur-Mer. La colonne progresse, sous le harcèlement incessant des snipers, en s’abritant parmi les hauts épis des champs. Des prisonniers sont désarmés et rapidement escortés en direction des plages, certains tentent de s’échapper, ce qui leur est fatal. Le Royal Winnipeg Rifles vient de combattre dans le secteur ; les Allemands se sont probablement repliés mais le Lieutenant-Colonel F.N. Cabeldu détache une compagnie pour sécuriser Sainte-Croix ; le reste du régiment contourne la localité et se hâte vers Colombiers-sur-Seulles. Quelques snipers sont encore embusqués, les Canadiens doivent fouiller chaque maison pour les mettre hors d’état de nuire ; enfin, Sainte-Croix-sur-Mer est libéré de ses occupants. © Sources : Juno Beach de Ken Ford, War Diary 6th Canadian Armoured Regt, War Diary The 1st Canadian Scottish, War Diary The Royal Winnipeg rifles

> Sainte-Croix-sur-Mer – Monuments et vestiges