Habloville

(61 Orne) La Libération

Habloville, ville lettrineL’aviation alliée harcèle les colonnes allemandes en retraite En deux nuits, du 16 au 18 août 1944, les unités allemandes de la 7. Armee se replient à l’est de l’Orne. Le 17 août, le poste de commandement avancé est installé à Nécy. Le 18, la 10. SS-Panzer-Division Frundsberg, réduite au quart de sa force de combat en chars, poursuit son repli vers l’est. Elle traverse Habloville de nuit et doit se regrouper dans la région de Villedieu-lès-Bailleul, trois kilomètres au sud de Trun. Pour protéger le mouvement face au sud, le 10. SS-Flak-Abteilung positionne ses unités entre Commeaux et Pommainville. L’aviation alliée harcèle sans relâche les colonnes allemandes, causant de lourdes pertes, détruisant de nombreux véhicules qui ralentissent la progression sur des routes déjà surchargées. Les canons antiaériens allemands répliquent et abattent plusieurs appareils alliés. Le 19 août en début de journée, le LXXIV Infanterie Korps tient encore à l’ouest d’Habloville. La 363. Infanterie-Division repousse les Américains dans le secteur de Commeaux, puis réussit à se replier vers Montabard. La 11st British Armoured Division du Major General George Philip Bradley Roberts pousse vers l’est, Habloville est libéré dans la matinée. ©

> Habloville – Monuments et vestiges