Le Bourg-Saint-Léonard

(61 Orne) La Libération

Le Bourg-Saint-Léonard, ville lettrineLes Américains verrouillent le sud de la poche Le dimanche 13 août, à midi, une avant-garde de la 5th US Armored Division atteint Le Bourg-Saint-Léonard, aussitôt les drapeaux pavoisent les fenêtres. Le 15 août, la 90th US Infantry Division prend la relève, le 1st Battalion du 359th Infantry Regiment, commandé par le Major Leroy Pond, prend en charge le front jusqu’au Pin-au-Haras. Les Américains ont une vue plongeante sur la plaine de la Dives, fourmillante de longues colonnes d’hommes et de véhicules ennemis, sur lesquelles s’abat bientôt le feu des batteries américaines. La N24 bis constitue un axe ouest-est vital de retraite des armées allemandes. Au matin du 16 août, dans la forêt de Gouffern, une patrouille américaine se replie en désordre face à une avant-garde allemande. Vers 17h, après une préparation d’artillerie, les Allemands attaquent : par Fougy, le 1er bataillon du SS-Panzergrenadier-Regiment Deutschland, et à travers la forêt de Gouffern, le II./SS-Pz-Gr. Rgt. 3 et quatorze chars de la 116. Panzer-Division. L’attaque est bloquée au nord, mais à l’ouest, les SS entrent dans la ville et repoussent la A Company. Vers 19h30, les Américains se replient vers l’est de la ville. Le lendemain 17 août, dès 3h du matin les combats reprennent. Le Major Pond prend la tête d’un groupe appuyé par six Sherman ; vers 9h, les Allemands sont repoussés hors de la ville, provisoirement ; en fin de matinée les SS tentent d’envelopper la ville par le nord et le sud-ouest ; le Captain Hutchens est tué à la tête de la B Company. A 14h45, le renfort de deux compagnies de chars Tank Destroyer permet aux Américains de prendre l’avantage ; les combats durent tout l’après-midi, le I./SS-Pz-Gr.Rgt. 3, mené par le Sturmbannführer Günther Wisliceny perce à l’est et surprend les Américains ; mais côté allemand, il ne reste plus que quatre Panzer IV, les Panther sont appelés d’urgence vers Trun, les SS plient. Vers 23h, les Américains contrôlent la ville et font jonction avec le 358th Inf.Regt. à l’ouest. Pendant la nuit, le 2/359th Inf.Regt. relève les hommes du 1st Battalion, épuisés. A l’aube du 18 août, le calvaire du Bourg-Saint-Léonard est enfin terminé. © Sources : Stalingrad en Normandie par Eddy Florentin, Breakout and Pursuit par Martin Blumenson, D’Argentan à la Seine par Didier Lodieu, Falaise Pocket par Paul Latawski

> Le Bourg-Saint-Léonard – Monuments et vestiges