Notre-Dame-de-Cenilly

(50 Manche) La Libération

Notre-Dame-de-Cenilly, ville lettrineLes divisions blindées américaines exploitent la percée Deux jours après le début de l’Opération Cobra, les blindés américains s’engouffrent dans le couloir qui s’ouvre devant eux. Le 27 juillet, le Combat Command B de la 2nd US Armored Division progresse vers le sud-ouest, bouscule les restes de la Panzer-Lehr Division et de la 275. Infanterie-Division, et entre dans Notre-Dame-de-Cenilly à la tombée du jour. Le 28, le Brigadier-General Isaac White s’empare des ponts sur la Sienne, à l’exception de celui de Gavray tenu solidement par les Allemands, et bloque les carrefours principaux. Le Combat Command Reserve intervient pour contenir une poussée à Pont-Brocard ; dans la soirée, un bataillon d’infanterie de la 4th US Infantry Division arrive en renfort à Notre-Dame-de-Cenilly. Pendant deux jours les Allemands tentent, et réussissent parfois, de sortir du chaudron. Dans le secteur de Notre-Dame-de-Cenilly les combats sont acharnés, plusieurs assauts allemands de chars et d’infanterie sont repoussés. Au matin du 30 juillet tout est fini ; le CCB du General White sera distingué pour son « travail magnifique » par le General Collins. © La Libération, l’histoire officielle américaine de Martin Blumenson p386 – 39/45 Magazine n°283

> Notre-Dame-de-Cenilly – Monuments et vestiges