Orville

(14 Calvados) La Libération

Orville, ville lettrineLes Canadiens sur les talons des Allemands en déroute Le 13 août 1944, après l’échec de l’offensive Lüttich dans le secteur de Mortain, le Haut commandement allemand donne l’ordre du repli. Les unités de l’arrière et les troupes d’élite retraitent vers la Seine, ne laissant que des groupements d’arrière garde. Le 16 août, les derniers Tigre II de la 1. Kompanie de la S. SS-Panzer-Abteilung 503 s’apprêtent à traverser la Touques à Ticheville, au sud-est de Vimoutiers. A court de carburant, plusieurs chars sont sabordés. Les deux derniers engins tombent en panne dans une côte, après avoir traversé Orville, et à leur tour ils doivent être mis hors d’usage. Le 20 août, la poche de Falaise est fermée. Le lendemain, le Major General Foster prend le commandement de la 4th Armoured Division. Il prépare ses unités au franchissement de la Touques. L’unité canadienne The Lake Superior Regiment, et le A Squadron du 28th Armoured Regiment, doivent progresser sur l’axe Fresnay-le-Samson – Orville pour s’emparer d’un pont. La Touques est franchie le 22 août, Orville est libéré et les Canadiens poursuivent sur le Sap, en empruntant des routes encombrées par les véhicules détruits de la 7. Armee. ©

> Orville – Monuments et vestiges