Picauville – Pont-L’Abbé

(50 Manche) La Libération

Picauville, ville lettrineLes paras américains assiégés sur la colline 30 Les parachutistes du 508th Parachute Infantry Regiment sautent dans l’inconnu dans la nuit du 6 juin 1944. Sur plus de 2000 hommes, un quart seulement atterrit sur la drop zone, ou à proximité. Le Lieutenant-colonel Shanley, chef du 2nd Battalion, rassemble environ trois cent paras près de Picauville, il se dirige vers la colline 30 à l’est de Picauville. En route, ils sont rejoint par un second groupe de deux cent hommes. Les Allemands de la 91.Infanterie-Division sont stationnés à Picauville ; les 7 et 8 juin, ils lancent plusieurs attaques sans succès sur la colline 30. La position est pilonnée par l’artillerie en permanence. Dans la journée, malgré un contact établi avec les parachutistes qui occupent Chef-du-Pont, de l’autre côté du Merderet, la situation devient critique, on manque de tout : eau, munitions, plasma. Le 9 juin, dans une charge héroïque, les Américains franchissent le passage de La Fière, les Allemands se replient sur Picauville. Le General James Gavin vient se rendre compte lui-même de la situation sur la colline 30. Le 10 juin, le 358th Regimental Combat Team, de la 90th US Infantry Division, attaque vers Pont-L’Abbé, Les Américains subissent de lourdes pertes, Picauville est libérée mais Pont-L’Abbé résiste encore. Le 12 juin les Américains déclenchent un violent pilonnage de l’artillerie et de l’aviation sur Pont-l’Abbé. Dans la nuit du 12 au 13 juin, les Allemands évacuent la localité, les fantassins américains pénètrent dans une ville silencieuse et détruite. ©

> Picauville – Pont-L’Abbé – Monuments et vestiges