Rânes

(61 Orne) La Libération

Rânes, ville lettrineLes SS de la Leibstandarte bloquent les Américains devant Rânes Après avoir repoussé l’ultime offensive allemande sur Mortain, la 3rd US Armored Division se rassemble près de Mayenne et se lance dans la grande manœuvre d’encerclement des armées allemandes. Le dimanche 13 août, le General Doyle O. Hickey divise son Combat Command A en deux Task Forces : X et Y. Sur la route de Carrouges, les Américains rencontrent les Français de la 2e division blindée. Conformément aux ordres, la Task Force X, commandée par le Colonel Leander Doan, fonce vers Rânes sans s’occuper de ses arrières ; des éléments de la 2.Panzer-Division sont positionnés à l’est de Rânes et à Lougé-sur-Maire. En fin de journée, une patrouille de reconnaissance américaine atteint Rânes, et constate que la ville est tenue par les Allemands, quoique faiblement. Dans la nuit du 13 au 14 août, des unités de la 1.SS-Panzer-Division arrivent en renfort et lancent une violente contre attaque de blindés au Mesnil-Angot ; la Task Force X se retrouve isolée. La Task Force Y du Lieutenant-Colonel Walter Richardson tente de rejoindre les encerclés, avec l’appui de la A Company du 703rd TD Battalion ; elle est bloquée à Joué-du-Bois. La situation de la Task Force X devient critique, les GI’s doivent repousser plusieurs assauts allemands ; l’appui aérien est décisif ; la proximité des combattants provoque quelques pertes chez les Américains, une bombe d’un avion P47 tombe à moins de cinquante mètres du PC du General Hickey. Le 3rd Battalion du 33rd Armored Regiment attaque Rânes par l’ouest, les combats sont acharnés contre les SS de la Leibstandarte. À la fin de l’après-midi, le contact est enfin établi avec la Task Force X. Au sud, le CCB lutte pour s’emparer de Joué-du-Bois. Dans la matinée du 15 août, les Américains progressent faiblement vers Fromentel ; à Rânes, les SS se sont retirés, les Américains éliminent les derniers défenseurs et entrent dans la ville à midi. Les habitants émergent de leurs abris, les nombreux blessés sont pris en charge par une unité sanitaire installée à la périphérie. Mais la ville est encore sous le feu des canons allemands. © Sources : Spearhead in the West The Third Armored Division 1941-1945, After Action Report 36rd Armored Infantry Regiment, Reportage du Pays d’Argentan n° 63 mars 1947, Stalingrad en Normandie par Eddy Florentin

Rânes – Monuments et vestiges