Saint-Christophe-le-Jajolet

(61 Orne) La Libération

Saint-Christophe-le-Jajolet, ville lettrineLe capitaine Denormandie guide la colonne Warabiot Samedi 12 août, Sées n’a jamais connu un tel embouteillage. Vers 10 heures, l’avant garde du Combat Command A de la 5th US Armored Division a pénétré dans la ville, qui n’était plus occupée que par des unités d’intendance allemandes. A 11h15, c’est au tour du sous groupement du colonel Warabiot, de la 2e Division Blindée française, de faire son entrée. Dans son PC installé au presbytère de la cathédrale, le général Philippe Leclerc donne immédiatement ses ordres ; la colonne Warabiot a pour objectif Ecouché ; elle se compose ainsi : 1re compagnie de Sherman du capitaine Buis, deux compagnies d’infanterie et un détachement d’artillerie. Les Français ont l’avantage d’être accompagnés par un responsable de la Résistance, militaire de réserve, le capitaine Roger Denormandie. C’est le début de l’après-midi, la colonne emprunte la D158 sur trois kilomètres, au milieu des véhicules de la 5th US Armored Division ; les Américains sont bloqués devant Mortrée ; sur l’indication du capitaine Denormandie, le lieutenant Bricard fait bifurquer la colonne sur la gauche et emprunte une petite route secondaire. La 3e section de chars du sous-lieutenant Malin et les half-tracks de la 2e section d’infanterie du sous-lieutenant Elias traversent le petit hameau du Haut Condé, puis atteignent Belfonds sans rencontrer de résistance. Les Français dépassent Montmerrei et prennent vers le nord la petite départementale 222 ; au hameau de Vieux-Bourg, le Sherman de tête Keren oblique à gauche, la route descend en pente légère vers un petit bois sur la droite. Soudain, un claquement, le Keren est touché dans la tourelle et s’enflamme aussitôt, deux hommes réussissent à s’extraire des flammes ; surgissant du bois, l’infanterie allemande attaque. Les Français réagissent aussitôt et se mettent en positon, ils repoussent l’assaut et infligent de lourdes pertes à l’ennemi. Le 2e peloton de reconnaissance rejoint le PC à Vieux-Pont, le colonel Warabiot lui confie la mission de ratisser le secteur ; il est 19h, la progression reprend, après quelques kilomètres, l’avant garde atteint Saint-Christophe-le-Jajolet et s’avance sur la route d’Ecouché. © Source : Combats de la 2e D.B. en Normandie de Hubert Pittino

> Saint-Christophe-le-Jajolet – Monuments et vestiges