Saint-Gilles

(50 Manche) La Libération

Saint-Gilles, ville lettrineLa «Old Hickory» attaque sur l’aile gauche Le 18 juillet, une Task force commandée par le General Norman D. Cota libère Saint-Lô. La ville a énormément souffert des combats et recevra le triste surnom de «capitale des ruines». Le General Omar Bradley, chef de la 1st US Army, lance une semaine plus tard l’opération Cobra. Le VII Corps du Major-General Joseph Lawton Collins est chargé de cette offensive décisive. Le 25 juillet les bombardiers américains larguent 3 300 tonnes de bombes sur les lignes allemandes à l’ouest de Saint-Lô. La 30th US Infanrty Division «Old Hickory» attaque sur l’aile gauche. Les fantassins américains avancent dans un terrain dévasté, et se heurtent à une faible opposition près d’Hébécrevon. Le lendemain, 26 juillet, les hommes du Major-General Leland S. Hobbs, appuyés par les chars du CCA de la 2nd US Armored Division, reprennent l’offensive ; les fantassins allemands du II. Fallschirm-Jäger Korps retraitent face à la pression des Américains qui libèrent Saint-Gilles.

> Saint-Gilles – Monuments et vestiges