Saint-Martin-de-Bienfaite-la-Cressonnière

(14 Calvados) La Libération

Saint-Martin-de-Bienfaite-la-Cressonnière, ville lettrineLes arrières gardes allemandes couvrent le franchissement de la Seine Dimanche 20 août 1944, alors qu’ils viennent de libérer Livarot, les blindés de la 7th Armoured Division du Major General Verney s’avancent sur la route d’Orbec ; la 22nd Armoured Brigade doit s’assurer du passage sur la Touques à Notre-Dame-de-Courson. Mais à la sortie est de Livarot, la route s’élève progressivement jusqu’à la forêt où sont embusqués les Allemands. Au nord, les Daimlers du 11th Hussars sont à l’entrée de Fervaques, le pont sur la Touques est intact ; avec le renfort des chars et des fantassins de la 22nd Armoured Brigade, Fervaques est investi sous la pluie battante ; une contre attaque nocturne de la 21. Panzerdivision est repoussée. Sur l’aile droite, la 5th Infantry Brigade du Brigadier W. J. Megill se dirige vers Orbec, au cours de la journée du 22 août, le régiment The Queen’s Own Cameron Highlanders of Canada se heurte aux Allemands. Des unités du groupe de reconnaissance de la Frunsberg sont encore dans le secteur d’Orbec et s’accrochent aux hauteurs. Le 23 août, le 8th Reconnaissance Regiment de la 2nd Infantry Division entre dans Orbec par le nord ; avec l’appui du South Saskatchewan Regiment, la ville est libérée par les Canadiens dans l’après-midi. Les arrières gardes allemandes se replient en couvrant le franchissement de la Seine par les armées en retraite ; Saint-Martin-de-Bienfaite-la-Cressonnière est libéré. © Sources : Opération Paddle par Eddy Florentin, Churchill’s Desert Rats par Patrick Delaforce

> Saint-Martin-de-Bienfaite-la-Cressonnière – Monuments et vestiges