Saint-Martin-de-Mailloc

(14 Calvados) La Libération

Saint-Martin-de-Mailloc, ville lettrineLe chef du II. SS-Panzerkorps ordonne un repli du front Le 22 août 1944, ce qui reste de la 21. Panzerdivision s’installe en défensive sur la Touques, d’Orbec à Saint-Pierre-de-Mailloc. Mais le Generalleutnant Edgar Feuchtinger ne peut que retarder l’avance alliée avec les quelques blindés qui lui restent ; néanmoins le relief de collines et de rivières ainsi que la météo, enfin pluvieuse, favorisent les défenseurs. Les blindés du 11th Hussars sont en tête de la progression de la 7th Armoured Division. Le D Squadron atteint Lisieux, une reconnaissance est effectuée dans le ville puis se replie. Au sud, le A Squadron atteint l’Orbiquet à la Chapelle-Yvon en fin d’après-midi, mais le pont a été détruit par les Allemands ; à Saint-Pierre-de-Mailloc, le passage saute sous le nez des Britanniques. Le 23 août, le 8th Reconnaissance Regiment de la 2nd Infantry Division entre dans Orbec par le nord ; avec l’appui du South Saskatchewan Regiment, la ville est libérée par les Canadiens dans l’après-midi. Le C Squadron du 11th Hussars doit établir le contact avec  les Canadiens. Dans la soirée, le SS-Obergruppenführer Wilhelm Bittrich, chef du II. SS-Panzerkorps, ordonne un repli du front en arrière d’Orbec. Saint-Martin-de-Mailloc est libéré. Sources : Opération Paddle par Eddy Florentin, War Diary The 11th Hussars, 21. Panzerdivision par Jean-Claude Perrigault

> Saint-Martin-de-Mailloc – Monuments et vestiges