Sainte-Honorine-la-Chardonne

(61 Orne) La Libération

Sainte-Honorine-la-Chardonne, ville lettrineHitler autorise un repli des unités blindées… pour contre attaquer ! Mi-août 1944, au nord de la poche de Falaise, le 2. SS-Panzer-Korps ne peut que ralentir l’encerclement des 5. Panzer-Armee et 7. Armee ; les divisions blindées allemandes sont exsangues et épuisées. Le 14 août, Hitler autorise un repli des unités blindées pour préparer une hypothétique contre-attaque. La défense de l’Orne, à l’est de Flers, repose sur le II. Fallschirm-Korps, avec son poste de commandement près de Sainte-Honorine-la-Chardonne. Les 9. et 10. SS-Panzer-Division se retirent vers Putanges, via Notre-Dame-des-Rochers. Mais la 11th British Armoured Division libère Flers le 15 août, et au terme de l’opération Blackwater, la 43rd Infantry Division Wessex du Major General Ivor Thomas vient d’établir une tête de pont sur le Noireau. Le 18 août, le 5th Battalion The Wiltshire Regiment entre dans Sainte-Honorine-la-Chardonne, deux heures après que les Allemands ont évacué le bourg ; les cloches sonnent, tandis que les Normands distribuent fruits, cidre et calvados à leurs libérateurs. ©

> Sainte-Honorine-la-Chardonne – Monuments et vestiges

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports