Trois-Monts

(14 Calvados) La Libération

Trois-Monts, ville lettrineLa 59th Staffordshire Infantry Division en Suisse normande Il est 1h du matin le 3 août, à son Quartier-général de La Roche-Guyon, le Generalfeldmarshall Günther von Kluge reçoit un ordre de l’Ober Kommando der Werhmacht, autrement dit du Führer : il doit immédiatement préparer une grande contre-attaque de chars dans le secteur de Mortain ; des divisions d’infanterie de renfort arrivent pour remplacer les unités de Panzer, elles tiendront une ligne Thury-Harcourt-Vire. Le chef des forces allemandes à l’Ouest ne croit pas que cette opération puisse changer l’issue de la bataille, même si la possibilité de percer jusqu’à Avranches tient de l’impossible, mais il donne immédiatement l’ordre à la Panzergruppe West de constituer la force blindée nécessaire à l’opération dont le code est Lüttich. Dans le secteur du XII British Corps, la 59th Staffordshire Infantry Division, commandée par le Major-General Lewis O. Lyne, approche de l’Orne, elle reçoit l’objectif de s’emparer de Thury-Harcourt. Les Allemands bénéficient de l’avantage du terrain, les Britanniques doivent gravir collines et hauteurs, déminer le terrain et affronter les éléments retardateurs ennemis avant de «plonger» sur l’Orne. Le secteur est dominé par la position stratégique du mont Pinçon qui culmine à 362 mètres, c’est le secteur du XXX Corps. Le 5 août, les Britanniques arrivent par Villers-Bocage et atteignent Montilly. Le lendemain, la 176th Infantry Brigade atteint l’Orne près du village des Goupillères, cinq kilomètres au nord de Thury-Harcourt ; les Allemands de la 271.Infanterie-Division se replient sur la rive est et font sauter le pont de Brie. Deux kilomètres au nord sur la rive ouest, Trois-Monts se retrouve ainsi libéré. © Source : Victory in the West vol. 1 par le Major L. F. Ellis

Trois-Monts – Monuments et vestiges