Viessoix

(50 Manche) La Libération

Viessoix, ville lettrineSeul, le Tigre défend désespérément sa colline La capture d’un pont sur la Souleuvre, le 31 juillet 1944 par le VIIIth British Corps est une manœuvre heureuse. Elle permet à la 11st British Armoured Division de foncer vers le sud. Le général Eberbach, chef du Panzer-Gruppe West, obtient le renfort de la 9.SS.Panzer-Division, et de la puissante Schwere.SS.Panzer-Abteilung 102. Le 1er août, la 11st British Armoured Division entre dans le Bény-Bocage, Vire est à une dizaine de kilomètres. Le lendemain, un squadron du 2nd Household Cavalry atteint Presles, à l’est de Burcy. Près de Chênedollé, les Tigre du Sturmbannfûhrer Weiss détruisent cinq chars britanniques. Le 3 août, ce sont les pionniers SS qui sont en difficulté face aux chars de la Guards Division, près du hameau de Pavée. Le 4 août, la pression des Britanniques est énorme, mais les Allemands maintiennent leurs positions, et lancent des raids locaux. Entre Burcy et Chênedollé, un important groupement britannique – éléments de la 15th Scottish Infantry Division, de la 11th Armoured Division et de la Guards Armoured Division – est isolé. Les Britanniques se dégagent à la tombée de la nuit. Le 6 août, les combats sont terribles vers Pavée, les SS s’emparent de la cote 224 puis sont obligés de se replier. Le 7, un char Tigre isolé, embusqué sur la hauteur de Chênedollé, détruit 14 chars du 23rd Hussars. Les Allemands s’arc-boutent sur la ligne Vire-Chênedollé-Estry jusqu’au 13 août, puis ils se replient après l’échec de l’attaque sur Mortain ; Chênedollé, Pavée et Viessoix sont libérées. ©

> Viessoix – Monuments et vestiges