Vieux-Pont

(61 Orne) La Libération

Vieux-Pont, ville lettrineLe contact est établi avec les Américains de la 3rd Armored Division Le 13 août, le Groupement Tactique du colonel Pierre Billotte s’est emparé d’Écouché. La position est précaire, au sud de la ville les Allemands sont encore présents et peuvent menacer le flanc de la 2e DB. Le lendemain, le colonel Billotte ordonne de prendre contact avec la 3rd US Armored Division sur l’aile ouest. A 15h, un groupe de reconnaissance démarre sous le commandement du lieutenant de Dampierre. La colonne traverse Fleuré et atteint Boucé, tenu par les Français ; un Normand signale que des Panzer seraient présents vers Vieux-Pont. Les Français s’engagent sur la D48 ; il semble que les blindés allemands soient partis. Un motocycliste part en éclaireur ; en vue du hameau de Troussel il est blessé par des tirs ennemis. La colonne fait-demi-tour, se dirige vers Carrouges puis remonte vers Rânes. À 21h, les Français arrivent enfin au PC de la 3rd Armoured Division, installé à trois kilomètres au sud de Rânes. À 22h30, de Dampierre est de retour à Écouché. Le lendemain, 15 août, les Américains libèrent Rânes dans l’après midi et poussent une reconnaissance vers Vieux-Pont. Le Groupement Tactique Dio arrive à Boucé en fin de matinée ; le 1er escadron du 12e régiment de cuirassiers part vers Chantelou. Les 2e et 3e escadrons sont stationnés sur la route de Vieux-Pont. Le commandant Marc Rouvillois, commandant en second du régiment, prépare une opération sur ce village ; un groupe est constitué : 1er peloton du 2e escadron de chars sous les ordres du lieutenant Aimé Briot, et 3e section d’infanterie, 2e compagnie du 1er Régiment de Marche du Tchad du lieutenant Lehot. Progressant à travers champs, les fantassins pratiquent un couloir dans un champ de mines ; les Français surprennent un groupement ennemi, ils détruisent un Panzer, plusieurs engins blindés et font une quarantaine de prisonniers. Ils entrent dans Vieux-Pont. Dans la nuit, ils poursuivent un convoi de véhicules ennemis qui se retrouve coincé au château du Désert, un kilomètre au sud de Vieux-Pont, les Allemands abandonnent camions et voitures et s’enfuient à pied. Le contact est établi avec les Américains. © Sources : Combats de la 2e DB en Normandie par Hubert Pittino, JMO 12e régiment de cuirassiers

Vieux-Pont – Monuments et vestiges