Mont-Ormel

(61 Orne) Monuments et vestiges

Montormel, monument lettrineMonument de la Bataille de Normandie Monument commémorant les derniers combats de la poche de Falaise. Le samedi 19 août 1944, la 1re Division blindée polonaise du major-général Stanislaw Maczek se rassemblait sur la cote 262 à Coudehard et Mont-Ormel ; vers 19 heures, le major Wladislaw Zgorzelski établissait la jonction à Chambois, avec les GI’s du Captain Laughlin Waters. Le lendemain 20 août, dans la soirée, la 4th Canadian Armoured Division s’emparait de Saint-Lambert-sur-Dive. Jusqu’au 21 août, l’étroit couloir entre Coudehard et Montormel fut l’épicentre des combats pour toutes les troupes ennemies qui tentèrent de s’échapper de la poche de Falaise. Pour les armées allemandes, la bataille de Normandie fut une terrible défaite. Le monument est situé sur les hauteurs dominant la vallée de la Dives. Sur une arche de pierre, une flèche métallique éclatée porte les insignes des unités alliées qui participèrent à la bataille, dont plusieurs panneaux historiques présentent les enjeux. Le monument fut édifié à l’initiative des habitants de Coudehard et Montormel, il fut inauguré en 1965 lors du 21e anniversaire. Le site est egalement une étape de la Voie européenne de la Paix, un itinéraire virtuel jalonné d’œuvres symbolisant la Fraternité humaine ; la sculpture de l’artiste polonaise Monika Osiecka – les Ailes de la Paix – fut installée en 2014. Situation : à côté du mémorial de Mont-Ormel © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation 

Monument général Stanislaw Maczek Monument en l’honneur du général Stanislaw Maczek, chef de la 1re Division blindée polonaise. Le général Maczek fut nommé à la tête de l’unité en février 1942 par le général Wladyslaw Sikorski, chef du Gouvernement polonais en exil à Londres. La 1re Division blindée polonaise débarqua en Normandie le 1er août 1944, près de Graye-sur-Mer. Les soldats polonais jouèrent un rôle capital, du 19 au 21 août, dans la fermeture de la poche de Falaise. Le général Maczek mena ses troupes en Allemagne jusqu’à la capitulation le 8 mai 1945. Il quitta les forces armées polonaises en 1948 ; le contexte politique d’après-guerre fit qu’il ne put jamais revenir dans son pays natal ; déchu de la nationalité polonaise, il fut pendant de longues années un apatride. Stanislaw Maczek résida en Écosse à Édimbourg jusqu’à sa mort en 1994, à l’âge de cent-deux ans ; il repose au cimetière polonais de Bréda aux Pays-Bas. Le buste de bronze représente le général Maczek à la tourelle d’un blindé, il est l’œuvre du sculpteur polonais Tomasz Filar, et fut inauguré en août 2014 lors du 70e anniversaire. Situation : derrière le char Sherman M4 A1

Char Sherman M4 A1 et blindé léger M8 Deux engins blindés encadrent l’arche du Mémorial : un char Sherman M4 et un véhicule blindé léger M8 de reconnaissance. Le Medium Tank M4 de série commença à sortir d’usine en février 1942, il fut produit en masse aux États-Unis jusqu’en 1945, à près de 50 000 exemplaires. Il équipa toutes les divisions blindées américaines et alliées, et subit de nombreuses améliorations tout au long de la guerre. Il était dirigé par un équipage de cinq hommes ; son poids en ordre de combat était d’environ 30 tonnes, pour une autonomie d’un peu moins de deux-cent kilomètres ; il était armé d’un canon de 75 mm et de deux mitrailleuses. Le modèle M4 A1, présenté sur cet espace, porte les marquages de la 1re Division blindée polonaise, il n’a pas combattu pendant la bataille de Normandie. Le Light Armored Car M8 était un véhicule blindé léger à six roues motrices, construit par Ford jusqu’en 1945 à près de 12 000 exemplaires. Cet engin très polyvalent dotait les unités mécanisées américaines ; il avait un équipage de quatre hommes, son armement consistait en un canon de 37 mm et deux mitrailleuses ; il avait une autonomie d’environ cinq-cent-soixante kilomètres, pesait moins de huit tonnes et filait sur route à 90 km/h. Le véhicule du Mémorial porte l’insigne de la 2e DB. Situation : à côté du mémorial de Mont-Ormel © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation 

> Mont-Ormel – La Libération > Mont-Ormel – Musée