Sainte-Marie-du-Mont

(50 Manche) Monuments et vestiges

Sainte-Marie-du-Mont, monument lettrineMonument et plaque Major Richard Winters Monument à la mémoire du Major Richard Dick Winters, officier de la 101st US Airborne Division. Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, le 1st Lieutenant Richard Winters sauta sur la Normandie, en tête des vingt parachutistes de son stick. Au sol, il tenta de rassembler ses hommes et réalisa qu’il était loin de son objectif. À l’aube, il rejoignit le PC du Lieutenant Colonel Robert Strayer, chef du 2nd Battalion du 506th Parachute Infantry Regiment, situé au hameau du Grand Chemin. Son supérieur n’ayant pas rejoint, le 1st Lieutenant Winters reçut le commandement de la E Company. Le monument a été inauguré le 6 juin 2012, en présence de personnalités franco-américaines et de quelques vétérans de la 101st Airborne Division. La statue de bronze est l’œuvre de l’artiste américain Stephen Spears. Elle représente le 1st Lieutenant Winters, mais elle symbolise également l’archétype de l’officier et de ses qualités de courage et de leadership. Sur le socle, on peut lire une citation du Major Winters : « Wars do not make men great, but they do bring out the greatness in good men » « Les guerres ne font pas grandir les hommes, mais elles révèlent la grandeur des hommes justes ». Une plaque avec son portrait fut rajoutée ultérieurement sur la base. Situation : sur la D913, un kilomètre après la sortie du village, vers Utah Beach © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Monument 101st US Airborne Division Monument en l’honneur de la de la 101st US Airborne Division, qui fut parachutée en Normandie le 6 juin 1944. Après le saut, et en l’absence de son supérieur, le 1st Lieutenant Richard Dick Winters reçut le commandement de la E – Easy – Company du 506th Parachute Infantry Regiment. Il eut pour mission de neutraliser une batterie d’artillerie, menaçant le débarquement sur Utah Beach, située près du manoir de Brécourt. En réalité, la compagnie se résumait à une douzaine d’hommes. Le 1st Lieutenant Winters fit une rapide reconnaissance et lança un assaut coordonné. Le premier canon fut capturé en moins d’une minute, l’effet de surprise joua encore pour les deux suivants. Un renfort permit d’enlever le dernier, les canons furent sabotés puis les parachutistes se replièrent sous le feu des mitrailleuses ennemies. Le 1st Lieutenant Winters fut décoré de la Distinguished Service Cross un mois plus tard. Le monument porte les noms de vingt-cinq soldats du 506th PIR, dont les dix-sept passagers du Douglas C-47 Skytrain du 1st Lieutenant Thomas Meehan, tués le Jour J ; un croquis de l’assaut de la position est visible sur une table. Situation : au carrefour de la D913 vers Utah Beach, prendre à gauche la D14, après cinq-cents mètres le monument est situé sur la gauche à l’entrée du chemin qui mène au manoir de Brécourt (propriété privée) © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Plaque 101st US Airborne Division Plaque commémorant la libération de Sainte-Marie-du-Mont par la 101st US Airborne Division. La Drop Zone C était située entre Sainte-Marie-du-Mont et Hiesville. Dans la nuit du 5 au 6 juin, la Flak et les nuages éparpillèrent les largages, seulement une quinzaine de sticks du 3rd Battalion du 501st Parachute Infantry Regiment atterrirent autour de Sainte-Marie-du-Mont, le 2nd Battalion du 506th PIR fut dispersé entre Sainte-Mère-Église et Foucarville. Le Major General Maxwell Taylor installa le PC de la 101st Airborne Division à Hiesville, il prit la tête d’un détachement et se dirigea vers Pouppeville. Un petit groupe fut envoyé vers Sainte-Marie-du-Mont où les parachutistes avaient déjà engagé le combat dans l’obscurité. Les accrochages furent violents et brefs, le village était faiblement occupé par les Allemands. À l’aube, les Américains étaient maitres des lieux, dans l’attente d’une contre-attaque ennemie. En fin de matinée, des Allemands qui refluaient d’Utah Beach furent mis en déroute. Quelques obus s’abattirent sur le village et endommagèrent le clocher, sans blesser les parachutistes qui y étaient postés ; vers 14 heures, ce fut l’arrivée des fantassins de la 4th Infantry Division et des Sherman, les Normands purent sortir acclamer leurs libérateurs. La plaque a été posée en 2002, elle porte l’insigne de la 101st Airborne Division, les Jump Wings et le Glider Badge. Situation : sur la façade de la mairie © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Panneaux circuit de la Libération Un circuit historique, jalonné de treize panneaux, permet de découvrir le village de Sainte-Marie-du-Mont et l’histoire de sa libération le 6 juin 1944. Chacun relate une anecdote qui s’est déroulé sur le lieu ; le n°3 raconte l’histoire d’un parachutiste américain, embusqué derrière la pompe, qui tua plusieurs soldats ennemis sur la place ; sur le n°8, on lit l’histoire du parachutiste Ambrose Allie, capturé par les Allemands, qui échappa de peu à l’exécution ; sur le n°11, à peine croyable, ces deux groupes de soldats des deux camps, qui se croisèrent sans tirer un coup de feu et disparurent dans la nuit… Situation : les panneaux sont fixés sur les maisons, les commerces, la mairie, autour de l’église Notre-Dame, et dans les rues avoisinantes de Sainte-Marie-du-Mont © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Monument 1st Engineer Special Brigade Monument dédié aux soldats de la 1st Engineer Special Brigade, qui débarquèrent sur Utah Beach. Dans le cadre du Débarquement, les missions de la 1st Engineer Special Brigade furent très diverses, la principale fut d’assurer le transfert des hommes et du matériel arrivant d’Angleterre jusqu’à la sortie des plages. Les premiers éléments foulèrent le sable avec les premières vagues d’assaut, il fallut ensuite organiser et sécuriser les plages, traiter les blessés et les morts, mettre en place les postes de commandement et de transmission, créer des dépôts de matériels de toutes sortes… Forte d’environ 15 000 hommes le Jour J, la brigade s’articulait autour du 531st Engineer Shore Regiment et du 2nd Naval Beach Battalion, qui lui était rattaché. Elle était commandée par le General James Wharton, son second était le Colonel Eugene Caffey. Les pertes pendant cette première journée fut relativement légère, vingt-et-un tués et quatre-vingt-seize blessés. Le monument a été inauguré le 6 juin 1945, on peut observer sur la face principale, l’insigne des Engineer Special Brigades : les trois éléments symbolisés par l’aigle, le pistolet-mitrailleur et l’ancre ; l’hippocampe était porté par les hommes du génie ; on peut egalement lire sur les côtés, la liste de toutes les unités composant la 1st ESB. Situation : à deux-cents mètres sur la gauche du musée du Débarquement, sur le blockhaus © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Salle Major General Eugene Caffey Salle dédiée au Major General Eugene Mead Caffey, qui commanda la 1st Engineer Special Brigade. La salle a été aménagée à l’intérieur d’un blockhaus, qui faisait partie du point défensif allemand codé Widerstand Nest 5 – point fortifié 5 ; il servit de poste de commandement au Colonel Caffey après le Débarquement. À l’entrée, une plaque rappelle brièvement les forces engagées le 6 juin 1944 dans l’opération ; à H + 12, les Alliés avaient débarqué sur Utah Beach : 23 250 soldats, 1 700 véhicules et 1 695 tonnes d’approvisionnement. Pendant la phase de préparation de l’opération Overlord, la 1st Engineer Special Brigade participa à plusieurs exercices de débarquement. La tragédie de l’exercice Tiger, le vendredi 28 avril 1944, fit perdre le commandement de la brigade au Colonel Caffey, il se retrouva second du General James Wharton ; il retrouva la tête de la 1st ESB le 2 juillet. Dans une vitrine sont exposés les portraits du Major General Caffey, du Vice Admiral Alan Goodrich Kirk, chef de la Western Naval Task Force, et du Brigadier General Theodore Roosevelt Jr., commandant adjoint de la 4th US Infantry Division. Au-dessus du blockhaus, un canon allemand de calibre 5 cm est resté en place dans son encuvement de béton depuis la fin de la guerre. Situation : à deux-cents mètres sur la gauche du musée du Débarquement, à l’intérieur du blockhaus © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Plaque exercice Tiger Plaque en souvenir des soldats américains qui périrent au cours de l’exercice Tiger. À partir de janvier 1944, des exercices de débarquement de grande ampleur débutèrent, ils s’effectuèrent sur la côte sud de l’Angleterre, à l’est de Plymouth, dans la baie de Slapton Sands ; la configuration du relief et de la plage présentaient de grandes similitudes avec Utah Beach. Dans la nuit du 27 au 28 avril 1944, un convoi de huit Landing Ship Tank, remplis d’hommes et de véhicules, se dirigeait vers Slapton Sands. Vers 1h30, plusieurs vedettes rapides allemandes attaquèrent le convoi, le LST 507 de queue fut touché et évacué avant d’exploser, le LST 531 reçut deux torpilles et coula en dix minutes, le LST 289 fut atteint à l’avant mais l’incendie fut maitrisé. Le bilan humain fut catastrophique : 749 soldats furent tués, en majorité des hommes de la 4th US Infantry Division et de la 1st Engineer Special Brigade. Au-delà des pertes humaines, c’est l’opération Overlord qui fut en danger pendant quelques jours ; en effet, dix officiers, porteurs de plans ultra-secret furent portés disparus ; après d’intenses recherches, tous les corps furent repêchés. La plaque a été posée le 6 juin 2019, on peut observer les insignes de l’US Navy, de la 4th US ID et des Engineer Special Brigades. Situation : à deux-cents mètres sur la gauche du musée du Débarquement © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Higgins Boat Monument Monument en hommage à Andrew Higgins, qui imagina et fabriqua la péniche LCVP. Pendant les années 1920, Andrew Jackson Higgins dirigeait une petite entreprise de construction de bateaux  aux États-Unis à La Nouvelle-Orléans. En répondant à un besoin du Marine Corps, il expérimenta en 1939 une péniche amphibie de débarquement. Après quelques améliorations, il obtint des contrats avec l’armée pour la fabrication d’une série d’embarcations, dont la plus connue fut le LCVP – Landing Craft Vehicle Personnel. Son entreprise passa de soixante-quinze employés en 1938, à 20 000 à la fin de 1943. Le LCVP fut fabriqué à plus de 23 000 exemplaires et servit sur presque tous les théâtres d’opération, dont un millier lors de l’opération Overlord ; la péniche mesurait environ onze mètres de long, pour un poids de neuf tonnes et une vitesse de neuf nœuds. Elle pouvait transporter trente-six hommes, dont un équipage de trois marins. Le monument comprend plusieurs stèles qui retracent l’histoire du LCVP et de son créateur. Le projet aboutit grâce à la participation d’associations, de mécènes et de la ville de naissance de Higgins : Colombus. La cérémonie d’inauguration se déroula en juin 2015 ; la statue d’Andrew Higgins et des trois GI’s qui débarquent sont l’œuvre de l’artiste Fred Hoppe. La péniche d’Utah Beach est une réplique de l’originale, elle a été fabriquée à Colombus. Situation : à deux-cents mètres sur la gauche du musée du Débarquement, sur le blockhaus © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Monument US Navy Monument en l’honneur des marins et officiers de l’US Navy. Le Jour J, le commandant en chef de l’Allied Naval Expeditionary Force – l’ensemble des forces amphibies de l’opération Neptune, volet maritime d’Overlord – était un britannique : l’Admiral Sir Bertram Ramsay ; lui était subordonné le chef de la Western Naval Task Force : le Vice Admiral Alan Goodrich Kirk, responsable de la zone de débarquement américaine, avec un chef pour chaque plage : le Rear Admiral Don Pardee Moon, chef de la Force U pour Utah Beach, et le Rear Admiral John Hall, chef de la Force O pour Omaha Beach. Neptune mobilisa environ 4 300 navires et 2 600 embarcations d’assaut, avec à leur bord plus de 150 000 marins. Les différentes missions de l’US Navy sont mentionnées sur les cinq piliers autour du monument ; Amphibious Forces : transport, Naval Gunfight Support : appui feu naval, Support Forces : unités de support, Beach Battalions : contrôle des plages, Coast Guard : sauvetage en mer. Le monument présente trois combattants en action : un officier, un matelot et un marin d’unité de combat ; les noms des navires et les numéros des LST de l’US Navy, qui participèrent à l’opération Neptune et contribuèrent au succès d’Overlord, sont gravés sur les côtés ; à la base, on peut voir une carte des plages de débarquement américaines. La statue de bronze est l’œuvre de l’artiste américain Stephen Spears, elle a été inaugurée en 2008. Situation : en face du musée du Débarquement © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Plaque Command Task Group 127.2.4 Plaque en mémoire des marins du Command Task Group 127 de l’US Navy. Le Jour J, après le débarquement des premières vagues d’assaut, le contrôle des plages fut pris en charge par les Naval Beach Battalions. La tache du 2nd Naval Beach Battalion sur Utah consistait principalement à assurer les transmissions entre les navires et la côte, l’accès des péniches aux plages, la sortie des troupes et du matériel vers l’intérieur, l’évacuation des blessés. À partir du 8 juin, la Task Force 127 ou Service Force du Rear Admiral John Wilkes commença à prendre la relève. Sur Utah, le Command Task Group 127.2.4 succéda au 2nd NBB ; le Lieutenant W. McDonald – Naval Officer In Charge – et sa quarantaine d’hommes installèrent leur poste de communication dans ce blockhaus ; il fut opérationnel jusqu’au début du mois de novembre ; pendant cette période, 836 000 hommes, 220 000 véhicules et 725 000 tonnes d’approvisionnement furent débarqués sur Utah Beach. Sur la plaque, on peut observer l’insigne rouge et jaune des forces amphibies de la marine. Situation : sur le blockhaus, derrière le café-restaurant Le Roosevelt © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Monument Lone Sailor Monument en l’honneur des marins de l’US Navy. Le concept du Lone Sailor – Marin solitaire – est l’œuvre du sculpteur américain Stanley Bleifeld, qui servit lui-même dans la marine. Le Lone Sailor est présent dans quinze villes portuaires des États-Unis, le premier fut inauguré en 1987 à Washington devant l’US Navy Memorial. La statue représente un marin vêtu de son caban, sac aux pieds, du grade de Petty Officer Second Class – Second maître ; elle symbolise tous les hommes et toutes les femmes de l’US Navy, qui ont parcouru et parcourent aujourd’hui les océans du globe. La statue de bronze d’Utah Beach, d’un poids de 350 kg, est la première installée en Europe. L’opération fut rendue possible grâce au soutien de hauts gradés de l’US Navy et de mécènes, avec le relais local des élus et d’une américaine, ancienne officier de l’US Marine Corps, installée en Normandie. L’inauguration en comité restreint a eu lieu le 5 juin 2021. Situation : en face du musée du Débarquement © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Monument 4th Infantry Division Monument en hommage aux soldats de la 4th US Infantry Division, qui débarquèrent sur Utah Beach. 6h40 : Heure H pour le 8th Regimental Combat Team, la première vague d’assaut, talonnée par les Sherman amphibies du 70th Tank Battalion, abordait Utah Beach, secteur Uncle Red pour les E et F Companies, secteur Tare Green pour les B et C Companies ; à H + 5, la deuxième vague amena les quatre autres compagnies du 8th RCT et des unités de démolition du génie, puis les vagues suivantes se succédèrent et déposèrent blindés, unités du génie, d’artillerie, de reconnaissance, troupes du 22nd Infantry Regiment… Le 12th Infantry Regiment commença à débarquer vers midi. Ce matin-là, l’homme de la situation fut le Brigadier General Theodore Roosevelt Jr., commandant adjoint de la 4th Infantry Division. Il toucha la plage avec les premiers GI’s, réalisant qu’il ne se trouvait pas à l’endroit prévu, il prit la décision de poursuivre le débarquement et galvanisa les troupes par son énergie. Il fut rejoint en fin de matinée par le chef de la 4th ID, le Major General Raymond Barton. Le monument fut inauguré le 6 juin 1964, lors du 20e anniversaire, en présence du General of The Army Omar Bradley. Sur l’obélisque, on peut voir le symbole de la division : quatre feuilles de lierre orientées vers les quatre points cardinaux ; le lierre évoque le numéro de la division : ivy – lierre en Anglais – et également IV en chiffres romains. Situation : en face du musée du Débarquement © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Monument 90th US Infantry Division Monument à la mémoire des soldats de la 90th US Infantry Division. Le Jour J, deux bataillons du 359th Infantry Regiment, rattachés au 8th Regimental Combat Team, débarquèrent sur Utah Beach. La 90th Infantry Division était alors commandée par le Brigadier General Jay Mac Kelvie, elle fut engagée le 10 juin dans le secteur d’Amfreville. En raison de sa faible progression, un nouveau chef fut désigné : le Major General Eugene Landrum. Pendant le mois de juin, elle subit 2 400 pertes. Puis durant la première quinzaine de juillet, les GI’s menèrent de très durs combats pour s’emparer du Mont Castre, avec 5 000 hommes mis hors de combat. La 90th ID fut intégrée le 1er août à la 3rd US Army du General George Smith Patton, elle changea à nouveau de chef avec le Brigadier General Raymond McLain. Elle participa à la fermeture de la poche de Falaise en faisant jonction avec les soldats polonais à Chambois le 19 août. Le monument a été inauguré en 1974, lors du 30e anniversaire, en présence du General Landrum. On peut observer l’insigne de le la 90th ID : le monogramme TO – Texas Oklahoma, ses soldats avaient reçus le surnom de Tough Ombres – les hommes tenaces. Sur la base, les unités organiques sont gravées sur une plaque. Situation : sur la gauche du musée du Débarquement © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Monument soldats américains Monument en hommage aux soldats du VIIth US Corps. Le VIIth US Corps, commandé par le Major General Joseph Lawton Collins, débarqua en Normandie par échelon ; le Jour J : la 4th Infantry Division, la 82nd Airborne Division et la 101st Airborne Division, dès le lendemain la 90th ID, à partir du 10 juin la 9th ID, puis la 79th ID fut à terre le 14 juin. La jonction des plages d’Utah et Omaha Beach fut effectuée le 10 juin, la coupure du Cotentin fut réalisée le 18 juin à Barneville-sur-Mer, ce qui entraina la chute de Montebourg, clef de voûte de la défense de Cherbourg, qui fut pris le 27 juin. La bataille du Cotentin coûta au  VIIth Corps plus de 22 000 hommes hors de combat, dont 2 800 tués. L’obélisque de granit rouge a été érigé par les États-Unis en 1984, pour le 40e anniversaire, en présence de plusieurs chefs d’États et du General Joseph Collins. Sur la face nord, une couronne de lauriers surmonte les treize étoiles symbolisant les treize victoires remportées par les armées alliées en Afrique du Nord, puis dans le sud, l’ouest et le centre de l’Europe. Situation : à deux-cent mètres sur la gauche du musée du Débarquement © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Stèle voie Eisenhower Stèle en l’honneur du General Dwight David Eisenhower, commandant suprême des Forces alliées le 6 juin 1944. En février 1944, le General Dwight Eisenhower prit la tête du Supreme Headquarters of Allied Expeditionary Force en Angleterre. Le SHAEF – État-major suprême du Corps expéditionnaire allié – était une structure anglo-américaine, créée pour mener à bien l’invasion de l’Europe de l’Ouest. Un nouvel état-major composé d’officiers anglais et américains, le Combined Chiefs of Staff, fut chargé de préparer l’opération Overlord. Dwight Eisenhower fut président des États-Unis de 1952 à 1961, il n’était pas présent en Normandie lors du premier anniversaire décennal, le 6 juin 1954. Il est décédé le 28 mars 1969 à l’âge de soixante-dix-neuf ans. Situation : à gauche du musée du Débarquement © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Stèle du 40e anniversaire Stèle commémorative du 40e anniversaire du Débarquement et de la bataille de Normandie. Le 40e anniversaire fut une date charnière dans le processus commémoratif du 6 juin 1944. François Mitterand, alors Président de la République française, donna à l’évènement une dimension politique et une portée internationale. Jusqu’en 1974, l’évènement faisait l’objet d’une cérémonie militaire peu médiatisée. En 1984, l’évènement rassembla les chefs d’États, de gouvernements, et les têtes couronnées de sept pays alliés, pas encore ceux de l’Allemagne ni de la Russie. François Mitterand se voulait également l’artisan de la Paix et de la construction européenne. Situation : à cent mètres sur la gauche du musée du Débarquement, près de l’accès vers la plage © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Plaques FAFL Plaques à la mémoire de quatre aviateurs des Forces Aériennes Françaises Libres. C’était une mission particulière qui avait été confiée à douze équipages du groupe Lorraine des Forces Aériennes Françaises Libres – 342nd Squadron de la Royal Air Force. Juste avant l’heure H, les bombardiers Douglas Boston déclenchèrent un écran de fumée au ras de la mer, pour masquer les navires d’assaut. En l’espace de douze secondes, à pleine vitesse, à une dizaine de mètres au dessus de la surface, chaque avion vida ses containers. Un Boston ne rentra pas de mission, il disparut en mer au large d’Utah avec ses trois membres d’équipage. Le lieutenant Jacques Joubert des Ouches volait au sein du groupe Berry des Forces Aériennes Françaises Libres – 345th Squadron de la Royal Air Force. Le 6 juin 1944, vers 10 heures, il effectuait sa deuxième mission de la journée, lorsqu’un ennui mécanique l’obligea à évacuer son appareil Supermarine Spitfire Mk.IX au dessus de l’eau ; l’équipe de sauvetage retrouva son canot de sauvetage vide, le pilote fut porté disparu, il avait vingt-quatre ans. Situation : à deux-cents mètres sur la gauche du musée du Débarquement, sur un blockhaus, sur le parapet devant le canon allemand © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Plaques Bombarding Force A Plaques commémoratives des navires de la Bombarding Force A. Le Jour J, le USS Bayfield, navire amiral du Rear Admiral Don Pardee Moon, chef de la Force U qui allait appuyer le débarquement sur Utah Beach, jeta l’ancre à 2h29 à dix-huit kilomètres de la côte d’Utah Beach. Parmi la centaine de navires de la première vague d’assaut, une quinzaine de cuirassés, croiseurs et destroyers américains, britanniques et néerlandais, constituaient la Bombarding Force A, commandée par le Rear Admiral Morton Deyo à bord du USS Tuscaloosa. Les canons, dont le calibre allait de 127 à 355 mm, ouvrirent le feu à partir de 5h36 et fournirent un appui indispensable le Jour J ; le USS Nevada tira plus de 3 000 obus jusqu’à la fin de la journée. Le Vice Admiral Alan Goodrich Kirk, chef de la Western Naval Task Force, et le General Omar Bradley, chef de la 1st US Army, suivirent les opérations à bord de l’USS Agusta. Quatre navires furent coulé par des mines allemandes. Situation : à deux-cents mètres sur la gauche du musée du Débarquement, sur un blockhaus, sur le parapet devant le canon allemand © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Borne Voie de la Liberté Borne 00 de la Voie de la Liberté commémorant la Libération de la France. La Voie de la Liberté est une route historique qui commémore la Libération de la France pendant la Seconde Guerre mondiale. La borne Kilomètre 00 a été érigée en 1947, elle relie La Madeleine à Bastogne à 1 142 kilomètres de là. La Voie de la Liberté a été initiée en 1946 par Guy de la Vasselais, chef de la Mission militaire française de liaison auprès de la 3rd US Army du General Georges Patton ; c’est un hommage aux soldats de la 3rd US Army qui libérèrent l’Europe. Mille deux-cent bornes kilométriques jalonnent la Voie de la Liberté ou Voie Patton. Sur les bornes, on peut observer plusieurs éléments significatifs : quarante-huit étoiles pour chacun des quarante-huit états des États-Unis en 1944, la flamme centrale représente le flambeau de la Statue de la Liberté, la lettre A dans un cercle est le symbole tactique de la 3rd US Army. Il faut noter que la borne Kilomètre 0 se trouve à Sainte-Mère-Église.  Situation : près du café-restaurant Le Roosevelt © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Plaque US Coast Guard Plaque dédiée aux membres de l’US Coast Guard, qui servirent pendant la Seconde Guerre mondiale. Les garde-côtes américains furent rattachés à l’US Navy en 1941. La croissance foudroyante des forces armées nécessita un besoin énorme de marins, pour équiper les navires de la marine et de l’armée. Lors de l’opération Overlord, les Coast Guard pilotaient dix Landing Ship Tank, vingt-quatre Landing Craft Infantry, et une trentaine de transport de troupes Attack Transport Ship de différentes tailles. En outre, la Coast Guard Rescue Flotilla One, commandée par le Coast Guard Reserve Commander Alexander Stewart, fut chargée du sauvetage des hommes à la mer ; elle était constituée de soixante vedettes, affectées à parts égales aux secteurs américain et anglo-canadien ; les CG sauvèrent environ quatre-cent hommes lors du Jour J. La plaque fut posée le 6 juin 1994, lors du 50e anniversaire ; on peut lire la devise des gardes côtes des États-Unis : Semper Paratus – Toujours prêts ; l’organisation des USCG fut créée en 1790, comme l’indique l’emblème national. Situation : à deux-cent mètres à gauche du musée du Débarquement, sur le blockhaus © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach – Stèle US NCDU stèle à la mémoire des combattants des US Naval Combat Demolition Units. Le Jour J, des troupes spéciales furent chargées de détruire les obstacles des plages : les équipes des Naval Combat Demolition Units. Les péniches des huit NCDU atteignirent Utah Beach avec la première vague d’assaut des soldats de la 4th US Infantry Division. Un chaland fut touché par un obus qui tua huit marins, mais les bombardements des défenses allemandes avaient été efficaces ; à 9h30, les soldats du génie avaient contribué à neutraliser pieux, tétraèdres, hérissons et autres éléments C. Le Petty Officer 1st Class Angelo Chatas fit partie de cette première vague d’assaut des NCDU. La stèle est née de l’initiative de deux associations de vétérans de l’US Navy. Elle a été inaugurée le 6 juin 2019, lors du 75e anniversaire ; de part et d’autre du sceau de l’US Department of The Navy, on peut voir les insignes dorés de la Navy Underwater Demolition Team et des Navy Seals. Situation : trois-cents mètres à droite du musée du Débarquement, place Angelos Chatas © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Utah Beach La Madeleine – Vitrail Forces Françaises Libres Vitrail à la mémoire des soldats des Forces Françaises Libres qui débarquèrent en Normandie. Dans le chœur de la petite chapelle de La Madeleine, des vitraux évoquent le chef viking Vieul « aux épaules », premier seigneur de Sainte-Marie-du-Mont en l’an 900, et des navigateurs anglais du XVIe siècle, ils survécurent tous à des naufrages et consacrèrent le lieu en ex-voto. La chapelle fut endommagée par les combats du 6 juin 1944, ce qui n’empêcha pas un office de s’y dérouler quelques jours après, en présence de soldats américains de la 1st Engineer Special Brigade. Elle fut restaurée grâce au don d’un ancien Résistant des Forces Françaises Libres, Jean Schwob d’Héricourt. Un vitrail fut dédié aux Forces Françaises Libres, on peut voir Sainte-Madeleine surmontant une péniche entourée des Croix de Lorraine ; la 2e division blindée française débarqua à partir du 1er août sur la plage de Saint-Martin-de-Varreville. La bénédiction de la chapelle restaurée se déroula le 22 juillet 1959. Situation : par la D913, avant d’arriver à Utah Beach, tourner à gauche hameau de La Madeleine, chapelle à cinq-cents mètres © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Monument marins danois Monument dédié aux huit-cents marins danois qui participèrent à l’opération Neptune. Après l’invasion du Danemark par les Allemands en avril 1940, environ cent-quarante navires et quelques milliers de marins danois rejoignirent la Royal Navy. Le Jour J, huit-cent marins danois à bord de trente-et-un navires, dont vingt-quatre sous pavillon du Danemark, participèrent à l’opération Neptune. La majorité des bateaux étaient des cargos qui transportaient véhicules et matériels à destination des plages. Le Danemark souhaita rendre hommage à ces hommes, en édifiant cette statue de bronze représentant un marin de la marine marchande, elle est l’œuvre du sculpteur danois Svend Lindhart. Le monument fut inauguré en 1984, lors du 40e anniversaire, en présence de Son Altesse Royale Le Prince Consort Henrik de Danemark. Situation : au bord de la D913, à la sortie du village de Sainte-Marie-du-Mont vers Utah Beach © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Stèle de la jonction des troupes américaines Stèle commémorant la jonction des forces de débarquement avec les troupes parachutistes. Dans la nuit du 6 juin 1944, le Major General Maxwell Taylor, chef de la 101st US Airborne Division, prit la tête d’une colonne qui avait pour objectif le village de Pouppeville, verrou de la sortie de plage n°1 d’Utah Beach. Après un long combat, les parachutistes obtinrent la reddition des Allemands qui tenaient le hameau. Pendant ce temps, le 8th Regimental Combat Team avait débarqué sur Utah ; le 2nd Battalion du 8th Infantry Regiment, mené par le Captain Georges Mabry Jr, se dirigea vers le sud et neutralisa le Widerstand Nest 3 – point fortifié 3, au lieu-dit Beauguillot. Peu après, les GI’s et les paras se rejoignirent à mi-chemin de Pouppeville, près du ponceau sur le ruisseau de la Grande crique ; vers 11 heures, la sortie de plage n°1 était ouverte. La stèle a été posée en 2008, on peut observer les insignes de la 4th Infantry Division et de la 101st Airborne Division. Situation : à partir du centre de Pouppeville, suivre la D329 jusqu’à l’observatoire de la réserve naturelle de Beauguillot, stèle dans le virage © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Panneau Donald Bryant Panneau à la mémoire du Private First Class Donald S. Bryant. Il appartenait au 531st Engineer Shore Battalion, qui dépendait de la 1st Engineer Special Brigade. Il a été tué le 6 juin 1944 et repose aux États-Unis, au cimetière de Long Island dans l’état de New-York. Le 531st ESB était chargé d’opérations de génie pour maintenir opérationnel le déchargement du ravitaillement et du matériel sur les zones de plages. Dans les premiers jours du Débarquement, Utah Beach était encore sous le feu de l’artillerie allemande. Situation : au carrefour de la D913 et de la D14 © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Panneau Willie Collins Panneau à la mémoire du Sergeant Willie L. Collins. Il appartenait à la 228th Port Company du 490th Transportation Battalion, une unité dépendant du Transportation Corps, mais qui était rattachée au moment du Débarquement à la 1st Engineer Special Brigade. Il a été tué le 6 juin 1944 et repose en Normandie au cimetière de Colleville Saint-Laurent-sur-Mer. Le 490th TB était une unité afro-américaine, commandée par le Major Robert Reynolds. Situation : un premier panneau au carrefour de la D913 avec la D14, un second au carrefour de la D524 et de la D14 © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Panneau A.A. Effler Panneau à la mémoire du Private A.A. Effler. Il appartenait au 531st Engineer Shore Battalion qui dépendait de la 1st Engineer Special Brigade. Il a été tué le mercredi 14 juin 1944. La 1st Engineer Special Brigade était commandée par le General James Wharton. Situation : dans le centre du village de Pouppeville, au bord de la D329 © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Panneau F.H. Fitts Panneau à la mémoire du Private F.H. Fitts. Il appartenait au 519th Transportation Battalion, rattaché à la 1st Engineer Special Brigade. Selon un rapport d’opérations, il fut tué le jeudi 15 juin 1944 au cours d’une attaque de la plage par des avions ennemis, plusieurs hommes furent blessés, il y eut trois morts. Le 519th TB était chargé du déchargement des navires. Situation : au carrefour de la D913 avec la D115 © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Panneau William Miller Panneau à la mémoire du Private William H. Miller. Il appartenait au 261st Amphibious Medical Battalion. Il a été tué le mercredi 7 juin 1944 et repose au cimetière de Cambridge en Angleterre. Débarquées sur Utah Beach en fin de matinée du Jour J, les équipes du 261st AMB travaillèrent en collaboration avec le 2nd Naval Beach Battalion, pour traiter et évacuer les blessés des combats. Situation : dans le centre du village de Pouppeville, au carrefour de la D329 et de Miller Road. Un second panneau se trouve dans la même voie, dans un virage, au lieu-dit l’Épinette © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Panneau Walter Mc Gowan Panneau à la mémoire du Private First Class Walter F. Mc Gowan. Il appartenait au 531st Engineer Shore Battalion et a été tué le 6 juin 1944. Il repose en Normandie au cimetière de Colleville Saint-Laurent-sur-Mer. À la tombée de la nuit du Jour J, la 1st Engineer Special Brigade avait permit le débarquement de 20 000 hommes et de 1 700 véhicules. Situation : à partir de Pouppeville, suivre la D329 jusqu’à l’observatoire de la réserve naturelle de Beauguillot, stèle dans le virage © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Panneau Stephen Olle Panneau à la mémoire du Technician Fifth Grade Stephen J. Olle. Il appartenait au 531st Engineer Shore Battalion qui dépendait de la 1st Engineer Special Brigade. Il a été tué le 6 juin 1944 et repose en Normandie au cimetière de Colleville Saint-Laurent-sur-Mer. Situation : au bord de la D421, près du Musée du Débarquement © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Panneau Lionel Ridgeway Panneau à la mémoire du Private Lionel L. Ridgeway. Il appartenait au 519th Port Battalion. Il a été tué le samedi 10 juin 1944 au cours d’une attaque aérienne allemande ; il repose en Normandie au cimetière de Colleville Saint-Laurent-sur-Mer. Pendant ce raid, le bateau de transport SS Charles Morgan, qui était en cours de déchargement par la 304th Port Company, fut coulé. Situation : au bord de la D421, après le Musée du Débarquement, au carrefour du camping Utah Beach © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Panneau L. Sonnier Panneau à la mémoire du Private First Class L. Sonnier. Il appartenait à la Headquarter Company de la 1st Engineer Special Brigade. Il a été tué le 6 juin 1944 et a été considéré Missing in Action – Disparu au combat. Situation : un premier panneau au bord de la D913, 500 mètres au sud du carrefour D913-D14, un second sur la droite à l’entrée nord de Sainte-Marie-du-Mont © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Panneau N.L. Walker Panneau à la mémoire du Technician Fifth Grade N.L. Walker. Il appartenait à la 818th Amphibious Truck Company, rattachée à la 1st Engineer Special Brigade. Il a été tué le mardi 13 juin 1944. La 818th ATC utilisait des engins amphibies GMC DUKW pour décharger ravitaillement, munitions et matériels, à bord des bateaux ancrés au large de la plage. Situation : au carrefour de la D421 et de la D67 © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

> Sainte-Marie-du-Mont – La Libération > Sainte-Marie-du-Mont – Musée