Graye-sur-Mer

(14 calvados) Monuments et vestiges

grayesurmermonulettrineChar britannique Mk IV Churchill Le char britannique d’infanterie Mk IV Churchill était d’une conception dépassée en juin 1944. Mais le Major General Percy Hobart développa, début 1943, de nombreuses adaptations du blindé. Ces engins démontrèrent leur efficacité le Jour J, dans l’appui des troupes pour la neutralisation des défenses du Mur de l’Atlantique. Le One Charlie appartenait au 26th Assault Squadron Royal Engineers de la 79th Armoured Division. Celui-ci était un Churchill Avre, Armoured Vehicle Royal Engineers, sa tourelle était munie d’un lance projectiles de 290 mm, destiné à détruire des fortifications ou des obstacles. Il débarqua le mardi 6 juin 1944 par cette entrée de plage et se retrouva enlisé. Il resta immergé pendant trente-deux ans avant d’être extrait de la boue par une unité du génie de l’Armée britannique, restauré et exposé à cet endroit en 1977. Situation : à l’entrée de la plage, près du monument Signal © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Stèle Bill Dunn Stèle à la mémoire du tankiste britannique Bill Dunn. Le mardi 6 juin 1944, Bill Dunn pilotait le char Churchill One Charlie, qui aborda Juno Beach secteur Mike, devant Graye-sur-Mer. À la sortie de la plage, le blindé s’enlisa dans un profond cratère marécageux ; l’équipage tenta d’évacuer l’engin sous le feu ennemi, Bill Dunn et son camarade Bill Hawkins furent les seuls survivants, mais subirent de graves blessures. En 1976, les deux vétérans étaient présents lorsque leur blindé One Charlie fut sorti de terre, ils retrouvèrent à l’intérieur quelques effets personnels. Bill Hawkins disparut en 2000. Bill Dunn est décédé en 2014 à l’âge de quatre-vingt-onze ans ; au mois de juin de la même année, il était encore présent aux cérémonies du 70e anniversaire. Selon sa dernière volonté, ses cendres furent dispersées sur la plage de Juno Beach. Situation : espace Bill Dunn, près du char One Charlie © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Stèle Royal Winnipeg Rifles et 1st Canadian Scottish Stèle à la mémoire des soldats canadiens du Royal Winnipeg Rifles et du 1st Battalion The Canadian Scottish Regiment. Ces deux unités appartenaient à la 7th Infantry Brigade, qui débarqua le mardi 6 juin 1944 sur Juno Beach devant Graye-sur-Mer et Courseulles-sur-Mer. Le RWR était commandé par le Lieutenant Colonel John Meldram ; le 1st Canadian Scottish était sous les ordres du Lieutenant Colonel Frederick Cabeldu. Au soir du Jour J, le RWR avait perdu cent vingt-six hommes dont cinquante-sept tués ; le 1st Canadian Scottish avait subi quatre-vingt-six pertes, dont vingt-deux tués. La stèle fut inaugurée le 6 juin 2014, lors du 70e anniversaire, elle est ornée de la Maple Leaf, la feuille d’érable, symbole du Canada. Situation : à cinquante mètres sur la droite du char Mk IV Churchill, au bord du parking © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Plaques Royal Winnipeg Rifles et 1st Canadian Scottish Deux plaques sont dédiées aux troupes canadiennes de la 7th Infantry Brigade, qui débarquèrent le mardi 6 juin 1944 sur Juno Beach. La première fut scellée le 6 juin 1969, en l’honneur du 1st Battalion The Canadian Scottish Regiment, elle est surmontée de l’insigne, sur lequel on peut observer la Croix de Saint-André en fond, la couronne royale, les feuilles d’érable, et au bas la devise : Deas Gu Cath, Prêt à piquer. La seconde plaque rend hommage aux combattants du Royal Winnipeg Rifles, qui empruntèrent cette route pour avancer vers leurs objectifs le Jour J ; elle fut inaugurée le 5 juin 1994, lors du 50e anniversaire, en présence de l’Honourable Gildas Molgat, qui fut Sénateur du Canada et servit auparavant pendant de nombreuses années dans le RWR. Situation : au nord de la ville, au bord de la D112C, sur l’ancien lavoir © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Monument Signal de la Libération Monument Signal rappelant qu’à cet endroit, le mardi 6 juin 1944, les Forces alliées commencèrent à libérer l’Europe. Il fait partie d’une série de dix monuments Signaux, dont le modèle fut créé, après la guerre, par l’architecte en chef des Monuments historiques, Yves-Marie Froidevaux. Ils ont la forme d’une cheminée de navire avec des inscriptions en façade, l’arrière forme une vague creusée, représentant « l’élan de la mer vers la terre ». Ces monuments furent financés, en partie, par la vente des épaves des navires alliés. Le premier fut inauguré à Bernières-sur-Mer en novembre 1950. Situation : sur la plage de Graye-sur-Mer, à proximité de la Croix de Lorraine © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Stèle Inns of Court Regiment Stèle à la mémoire des soldats britanniques du C Squadron du Inns of Court Regiment. Le Inns of Court Regiment était un régiment blindé, équipé de véhicules légers de reconnaissance Daimler et de M5 half-track ; il était rattaché au I British Corps et commandé par le Lieutenant Colonel Robert Bingley. L’unité était chargée de prendre le contrôle des ponts sur l’Orne, du sud de Caen jusqu’à Thury-Harcourt, afin d’empêcher une contre-attaque allemande. Le Jour J, le C Squadron et un détachement du Royal Engineers furent transportés sur Juno Beach par deux barges de débarquement, l’une heurta une mine qui nécessita un transbordement des véhicules ; il fallut ensuite dégager la plage avant que les Troops puissent se diriger vers leurs objectifs. La stèle porte les insignes de l’Inns of Court Regiment et du Corps of Royal Engineers, ainsi que la devise latine : Salus populi suprema lex, le salut du peuple est notre loi suprême. Situation : sur la D514, à la sortie ouest de Courseulles-sur-Mer © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Plaque soldats canadiens Plaque dédiée aux soldats canadiens qui libérèrent Graye-sur-Mer. Le mardi 6 juin 1944 à l’aube, quand les hommes du Royal Winnipeg Rifles atteignirent Juno Beach, ils découvrirent que les bombardements préliminaires avaient laissé presque intactes les défenses allemandes, et surtout qu’il n’y avait aucun char sur la plage. La B Company du RWR, commandée par le Captain Philip Gower, se retrouva seule face au Widerstandsnest, point de résistance 31. Les Sherman DD arrivèrent enfin et engagèrent les blockhaus ; les Canadiens prirent d’assaut les tranchées ennemies et franchirent la Seulles sur un pont intact ; pendant ces combats la B Company perdit les deux tiers de son effectif. La D Company du RWR, menée par le Major Lockhart Fulton, débarqua à l’ouest du WN 31, les Canadiens franchirent les barbelés, traversèrent une zone inondée derrière les dunes, puis des champs de mines devant La Valette et atteignirent Graye-sur-Mer ; vers 9 heures le village était libéré. Situation : dans l’église Saint-Martin de Graye-sur-Mer © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Stèle 1re division blindée polonaise Stèle en l’honneur de la 1re division blindée polonaise, qui débarqua en Normandie à la fin du mois de juillet 1944. Après l’occupation de la Pologne par l’Allemagne et l’Union soviétique en 1939, un Gouvernement polonais en exil s’installa à Londres. Sous l’impulsion de son Premier ministre, le général Wladislaw Sikorski, la Pologne reconstitua une force armée. La 1re division blindée polonaise fut créée en février 1942 avec des volontaires du monde entier ; le général Stanislaw Maczek en prit le commandement et commença un rigoureux entrainement. La 1re division blindée polonaise débarqua à partir du lundi 31 juillet 1944, sur les plages de Graye-sur-Mer et Saint-Côme-de-Fresné. C’était une formation forte d’environ 16 000 hommes, 381 chars de combat, 473 canons et 4 050 véhicules. La stèle fut réalisée à l’initiative de l’association nationale du Souvenir de la 1re DB polonaise, elle fut inaugurée en juillet 2012 ; elle porte l’aigle d’argent de la Pologne et l’insigne de la 1re DB polonaise. Situation : à cinquante mètres sur la droite de la stèle canadienne © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Plaque Serjeant Jack Dunn Plaque à la mémoire du Serjeant Jack Cecil Dunn, soldat britannique tombé le mardi 6 juin 1944. Au printemps 1944, la construction des obstacles sur les plages s’était intensifiée, cela ne passa pas inaperçu des planificateurs d’Overlord. En conséquence, les unités de soutien du génie furent renforcées quelques semaines avant le Jour J. La 262nd Advanced Field Company Royal Engineers fut déployée sur Juno Beach, le 2nd Platoon débarqua sur Juno Beach secteur Mike Green. Le Serjeant Jack Dunn fut tué pendant l’assaut. Il était âgé de vingt-cinq ans, il repose au cimetière militaire de Bayeux. Sur la plaque, on peut observer le Cap badge des Royal Engineers, avec la devise de l’ordre de la Jarretière : Honi soit qui mal y pense. Situation : à l’entrée du point d’accueil, situé dans un ancien abri de béton allemand, à proximité de la Croix de Lorraine © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Plaque 8th Battalion King’s Regiment Plaque dédiée aux soldats britanniques du 8th (Irish) Battalion King’s Regiment, Liverpool. Le 8th Battalion King’s Regiment était une unité d’infanterie forte d’environ cinq-cents hommes ; elle était rattachée au No. 7 Beach Group, dont la mission était d’assurer la protection de la zone de plage après le Débarquement. Le Jour J à H+20, deux détachements avancés débarquèrent sur Juno Beach, secteurs Mike Green et Mike Red ; la A Company du Major Max Morrison fit quatorze prisonniers, mais la B Company perdit ses officiers, le Major B. O’Brien et le Captain B. Richards furent blessés tous les deux. Les plages furent bientôt saturées de troupes et de véhicules, les sorties ne furent dégagées que dans l’après-midi. La D Company, commandée par le Major Harley, fut engagée dans la neutralisation de points de résistance ennemis à Vaux et le Buisson ; la jonction fut établie avec une patrouille anglaise venant de Gold Beach. Sur la plaque, on peut voir l’insigne du 8th Irish Battalion King’s Regiment, Liverpool, ainsi que la devise Erin Go Bragh, l’Irlande pour l’Éternité. Situation : dans l’église Saint-Martin © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

Monument général Charles de Gaulle Monument à la mémoire du général Charles de Gaulle, chef de la France Libre et du Gouvernement provisoire de la République. Cette immense Croix de Lorraine en acier, symbole de la France Libre, fut édifiée à la limite des communes de Graye-sur-Mer et Courseulles-sur-Mer, à l’endroit où le général Charles de Gaulle retrouva le sol de France le mercredi 14 juin 1944, quatre ans après l’appel du 18 juin 1940. Le monument a été réalisé à l’initiative du comité Présence du Gaullisme de Basse-Normandie et du comité du Débarquement. La Croix a été conçue par l’architecte Guy Lemerre et fabriquée par une entreprise alençonnaise ; elle mesure dix-huit mètres de haut et pèse six tonnes. Le monument a été inauguré le 16 juin 1990, lors du Centenaire du chef de la France Libre, en présence de nombreuses personnalités : l’Amiral Philippe de Gaulle, Pierre Messmer, Maurice Schumann, Raymond Triboulet, Jacques Chirac… Situation : sur le front de mer © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

> Graye-sur-Mer – La Libération

Graye-sur-Mer, Calvados, Normandie, 14470, France

Graye-sur-Mer, Calvados, Normandie, 14470, France

Graye-sur-Mer, Calvados, Normandie, 14470, France

Graye-sur-Mer, Calvados, Normandie, 14470, France

Graye-sur-Mer, Calvados, Normandie, 14470, France

Graye-sur-Mer, Calvados, Normandie, 14470, France

Graye-sur-Mer, Calvados, Normandie, 14470, France

Graye-sur-Mer, Calvados, Normandie, 14470, France

Graye-sur-Mer, Calvados, Normandie, 14470, France

Graye-sur-Mer, Calvados, Normandie, 14470, France

Graye-sur-Mer, Calvados, Normandie, 14470, France