Saint-Hilaire-du-Harcouët

(50 Manche) La Libération

Saint-Hilaire-du-Harcouët, ville lettrineUn nouveau chef est nommé à la tête de la 90th Infantry Division Le mardi 1er août, le XII US Army Group du General Omar Bradley prend le commandement de toutes les forces américaines en Normandie. La 3rd US Army du General George Patton est officiellement activée, ses objectifs : la Bretagne et ses ports. Pendant que les divisions blindées du VIII Corps franchissent le pont de Pontaubault, un nouveau corps est sur le point d’être engagé : le XV du Major General Wade Haislip. Au regard de l’évolution des opérations, les chefs américains hésitent encore quant à son utilisation et sa composition, ils s’interrogent sur la nécessité d’engager deux corps d’armée en Bretagne. La décision est prise de l’utiliser d’abord pour élargir le passage à Avranches, qui constitue un véritable goulet d’étranglement vers la Bretagne, et un secteur critique face à une contre-attaque allemande. Le Brigadier General Raymond McLain vient de prendre la tête de la 90th US Infantry Division ; son unité est rattachée au XV Corps, sa première mission est de prendre les ponts sur la Sélune à Saint-Hilaire-du-Harcouët. Le Lieutenant Colonel George Randolph se met en route dans la nuit du 1er au 2 août, il dirige le groupe de pointe, avec la 90th Reconnaissance Troop et une compagnie du 712nd Tank Battalion. Il est suivi d’une Task Force commandée par le Lieutenant Colonel Christian Clarke, formée du 3rd Battalion du 358th Infantry Regiment, d’unités support du génie, de l’artillerie, et du 607th Tank Destroyer Battalion. La colonne du Lieutenant Colonel Randolph progresse dans l’obscurité, et dégage la route de quelques éléments d’arrière-gardes ennemis ; elle est en vue de la ville à l’aube. La Task force Clarke rejoint bientôt et se déploie. Le pont sur la Sélune est intact, mais lorsque les Américains s’en approchent, ils déclenchent les tirs de l’artillerie ennemie. Le Lieutenant Colonel Clarke prépare un assaut coordonné : une manœuvre d’enveloppement par les flancs, avec un assaut frontal par le pont, appuyé par l’artillerie. L’attaque débute à 11 heures ; l’assaut des GI’s est rapide et déterminé, les chars légers traversent le pont de toute la vitesse de leurs moteurs et pénètrent dans la cité ; la défense allemande s’effondre rapidement. À 15 heures, Saint-Hilaire-du-Harcouët est libéré ; mais c’est un triste panorama, les bombardements alliés du 14 juin ont ruiné la ville aux trois-quarts ; malgré les tracts d’avertissement lâchés par air, de nombreux civils ont péri. © Sources : After Action Report 90th Infantry Division 1944, Battle History Third Battalion 358th IR par le Lieutenant Colonel Charles Bryan, Breakout and Pursuit par Martin Blumenson

> Saint-Hilaire-du-Harcouët – Monuments et vestiges