Francheville

(61 Orne) La Libération

Francheville, ville lettrineLe général Philippe Leclerc en pointe de l’offensive  Le 12 août, la prise d’Alençon par la 2e Division blindée française bouleverse les plans du General Heinrich Eberbach, chef de la Panzergruppe Eberbach. La situation est d’autant plus catastrophique, que les Allemands ont établi d’importants dépôts de carburant et de munitions dans les forêts au sud de l’Orne. Le General George Patton mène, tambours battants, la «charge» de sa 3rd US Army ; l’objectif suivant des Américains et des Français est Argentan. A l’image du général américain, le général Philippe Leclerc est en pointe de l’offensive avec ses hommes ; au soir du 12 août, son PC est installé au carrefour du Point du Jour, alors que la zone est encore parcourue par l’ennemi. De là, vers 20 heures, une colonne blindée, commandée par le capitaine Jacques Branet, part en reconnaissance vers Ecouché, situé à l’ouest d’Argentan. Par les petites routes, les Français traversent Le Cercueil ; en arrivant au village de La Bellière, les Français font prisonniers 250 soldats allemands, «non combattants», puisqu’il s’agit de sections sanitaires. Au carrefour de la D16, une patrouille pousse une pointe en direction de Mortrée : une escarmouche avec des véhicules blindés allemands, un secteur de route minée, puis demi-tour. Le peloton de reconnaissance entre de nuit dans Francheville à 21 heures 50, et se trouve nez-à-nez, d’abord avec un convoi de ravitaillement allemand, puis confronté à plusieurs blindés, dont plusieurs chars ; heureusement, les 5 Sherman de la 3e section surgissent et concentrent leur feu, ils détruisent plusieurs engins et mettent les Allemands en fuite. Le capitaine Branet décide de passer la nuit dans le village, après avoir sécurisé les issues. © Source : Combats de la 2e D.B. en Normandie de Hubert Pittino, Fighting the Breakout de David Isby

> Francheville – Monuments et vestiges

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports