Grangues

(14 Calvados) La Libération

Grangues, ville lettrineUn très mauvais réveil pour les grenadiers du Generalleutnant Reichert En cette fin d’après-midi du 19 août, le Brigadier Derek Mills-Roberts réfléchit à la mission qui vient de lui être confiée par le commandant de la 6th Airborne Division : conquérir la colline de Brucourt. La 1st Special Service Brigade doit traverser près de trois kilomètres de zone marécageuse de la Dives, avec une seule route sous la vue directe des canons allemands. Dans le peu de temps dont il dispose, le Brigadier conçoit un plan audacieux : traverser le marais de nuit et surprendre les soldats de la 711.Infanterie-Division du Generalleutnant Josef Reichert. Les unités se rassemblent au Plain Gruchet pour 23 heures. À 0h45, le N°4 Commando part vers Goustranville afin de couvrir l’aile est. À 1h05, le N°3 Commando du Colonel Peter Young démarre en tête et trace le chemin dans les marais, suivis par le 45th Royal Marine Commando et le N°6 Commando. C’est au Lieutenant Colin Rae qu’incombe la lourde responsabilité de guider la longue file de 1500 hommes, et de dérouler le ruban de toile blanche qui marque l’itinéraire. La colonne franchit le canal de la Dives sur un pont flottant, puis traverse la voie ferrée Mézidon Cabourg. Les Commandos commencent à gravir la pente de la colline d’Angoville. Dans l’obscurité, un PC ennemi est neutralisé, l’effet de surprise est total ; les Commandos s’orientent alors vers la colline de Brucourt qu’ils occupent sans difficulté ; il est presque 8 heures le 20 août, le Brigadier Mills-Roberts installe son QG dans une ferme. Avec le jour, les Allemands réagissent, les premiers obus tombent. Plusieurs contre-attaques ennemies sont repoussées ; les munitions s’épuisent, les blessés sont nombreux. En fin d’après-midi, l’ennemi lance un ultime assaut sur le N°6 Commando, qui tient et inflige de lourdes pertes aux assaillants ; dans la vallée, l’artillerie de la brigade apporte un appui précieux. La tombée de la nuit met un terme aux combats, enfin les jeeps apportent le ravitaillement et évacuent les blessés ; sur les hauteurs de Cricqueville-en-Auge, les Britanniques entendent des sons signalant des mouvements du coté allemand ; le lendemain 21 août, le retrait ennemi se confirme. Les hommes du N°3 Commando sont transportés jusqu’à Heuland le 22 au matin, Grangues est en zone libérée. © Sources : Opération Paddle d’ Eddy Florentin, War Diary 45th RMC

> Grangues – Monuments et vestiges