La Lande-de-Goult

(61 Orne) La libération

La lande-de-Goult, ville lettrineObjectif Carrouges pour le capitaine de Boissieu Le dimanche 13 août vers 9 heures, les sous-groupements Putz et Roumiantzoff font leur jonction au centre de la forêt d’Ecouves, non sans pertes. Le général Philippe Leclerc, chef de la2e Division blindée française, a installé son PC au débouché nord de la forêt, au carrefour du Point-du-Jour. Déjà le général indique les nouveaux objectifs, au nord : Ecouché et Argentan ; vers l’ouest, il lance le sous-groupement Roumiantzoff sur la route de Carrouges, sous le commandement du capitaine de Boissieu, chef de l’escadron de protection et du PC Avant. En vue du carrefour de la Lande-de-Goult, le char de tête, l’Ourcq, est touché en pleine tourelle par un antichar allemand, deux morts. La 32e batterie d’artillerie est sollicitée en soutien ; l’aspirant de la Fouchardière fait un aller retour jusqu’à Goult sans rencontrer l’ennemi. La colonne se remet en marche, mais quelques centaines de mètres plus loin, dans un virage au niveau du hameau Le Flochet, l’Ohrel est allumé par deux obus d’un Panzer, les chasseurs Michel de Boncourt et Roger Eriau sont tués. Les Français parviennent à détruire un char allemand, mettent en fuite un second. Le capitaine de Boissieu est blessé dans les combats, il fait son rapport au général qui est arrivé sur les lieux ; Carrouges a été libéré par le colonel Dio vers midi, Leclerc ordonne au groupement de faire demi-tour, Argentan est l’objectif prioritaire. © Source : Combats de la 2e D.B. en Normandie de Hubert Pittino

> La Lande-de-Goult – Monuments et vestiges

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports