Colomby-sur-Thaon – Colomby-Anguerny

(14 Calvados) La Libération

Colomby-sur-Thaon, l’ancienne mairieAcclamés par les habitants de Bernières-sur-Mer Le Jour J, à H+45, le régiment de la Chaudière, commandé par le lieutenant colonel Paul Mathieu, débarqua devant Bernières-sur-Mer ; un LCA sauta sur une mine, le peloton n°11 fut décimé. La plage était encombrée d’engins détruits, de blessés et de morts du Queen’s Own Rifles of Canada. Les soldats de la Chaudière patientèrent une heure avant que les sorties soient dégagées. Dans les rues de la ville, ils furent acclamés quand les habitants découvrent que ces Canadiens parlaient le français. Le régiment se regroupa dans un verger au sud de la ville, les tirs ennemis occasionnèrent quelques pertes, le lieutenant R.J. Lapierre fut tué. À 11 heures, la Compagnie A du major Hugues Lapointe, transportée sur les chars d’un squadron du Fort Garry Horse, soutenu par un peloton du Cameron Highlanders of Ottawa, s’engagea sur la route de Bény-sur-Mer ; aussitôt il fallut neutraliser un canon antichar et ses servants. Après environ 1,5 kilomètres, le peloton n°8 partit à l’assaut d’une position de canons de 88 mm, le lieutenant Walter Moisan fut blessé pendant l’opération. La Compagnie B du major J.F. l’Esperance obliqua à l’ouest vers la Mue, pour s’emparer du Widerstandnest 28a, une batterie de campagne de quatre canons tchèques ; la position avait été bombardée, la cinquantaine d’artilleurs opposa une faible résistance. La Compagnie C du major Georges Servigny atteignit Bény-sur-Mer, le village fut sécurisé en milieu d’après-midi ; l’avance se poursuivit jusqu’à Basly qui fut libéré à son tour vers 18 heures. En début de soirée, le lieutenant Louis Dupont fut blessé à la tête de son peloton, alors qu’il entrait dans Colomby-sur-Thaon ; quatre véhicules et dix-huit soldats allemands furent capturés. Le lieutenant colonel Mathieu établit ses compagnies en défense dans un triangle La Mare, Anguerny et les abords de Colomby. Vers deux heures du matin, une longue colonne de véhicules semi-chenillés allemands aborda le secteur tenu par la A Company du major Lapointe, au carrefour de La Mare. Les canons antichars canadiens ouvrirent le feu, la bataille dura une partie de la nuit, les adversaires s’affrontèrent dans de furieux corps-à-corps. Le peloton n°9 du lieutenant Antonio Ladas fut décimé. À l’aube, les Allemands avaient abandonné le terrain et s’étaient retirés dans les villages alentour. Au matin du mercredi 7 juin, des renforts permirent de recompléter les rangs, des patrouilles de combat partent éliminer les nombreux snipers ; au manoir de Colomby-sur-Thaon, les Canadiens obtinrent la reddition d’un état-major, avec une soixante de prisonniers. Sources : Normandie 44 Magazine n°5, Juno Beach de Ken Ford, War Diary 1st Bn The Queen’s Own Rifles of Canada, War Diary Régiment de la Chaudière © Textes et photos : reproduction interdite sans autorisation

> Colomby-sur-Thaon – Monuments et vestiges